Debré-Even : lettre ouverte aux confrères  Abonné

Publié le 25/11/2013

Paris (75)

Dr Alain Choux

Depuis plus d’un an, nous voyons, dans l’indifférence générale, sauf celle des éditeurs et des médias (jackpot), deux anciens hospitalo-universitaires très largement frappés par la limite d’âge faire les « beaux », attirés comme des mouches par de substantiels droits d’auteurs et la culture narcissique de leur ego.

C’est à croire que leur retraite est très insuffisante (cigale ou fourmi ?) et que le sérail dont ils sont issus n’a plus grâce à leurs yeux.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte