Une situation sécuritaire dégradée

Au Niger, la médecine humanitaire à la peine  Abonné

Par
Elsa Bellanger -
Publié le 18/07/2019
Facilitant la réhabilitation des prisonniers par le travail, et notamment l'artisanat

Facilitant la réhabilitation des prisonniers par le travail, et notamment l'artisanat
Crédit photo : DR

Pédiatre pendant 30 ans à Grenoble, le Dr Maurice Colin se fait aujourd'hui lanceur d'alerte. Intervenant au Niger dans les domaines médical et humanitaire avec l'association Santé et développement international, qu'il a créée en 2001 à la fermeture de son cabinet, il s'alarme de la situation « dramatique » que connaît le pays. « L'insécurité est telle que nous ne sommes pas en mesure d'assurer le suivi des projets initiés », témoigne-t-il.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte