Ebola : le HCSP recommande l'utilisation des médicaments en curatif et en post-exposition pour les professionnels de santé
Brève

Ebola : le HCSP recommande l'utilisation des médicaments en curatif et en post-exposition pour les professionnels de santé

Charlène Catalifaud
| 08.11.2018

Dans un avis publié le 6 novembre, le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) a émis des recommandations concernant les antiviraux remdesivir et favipiravir et des anticorps monoclonaux ZMapp chez les professionnels de santé exposés au virus Ebola. Prenant notamment en compte l'existence d'un vaccin et la balance bénéfice-risque, il préconise l'utilisation de ces traitements en curatif et en prophylaxie post-exposition sur le terrain et en établissement de santé de référence.

« Les décisions de traitement seront prises au cas par cas, à partir d’un avis collégial pluridisciplinaire et après obtention du consentement éclairé du patient », précise le HCSP.

L'utilisation de ces médicaments n'est toutefois pas recommandée en prophylaxie pré-exposition.

Saisi par la Direction générale de santé (DGS) en juin 2018, le HCSP avait mis en place un groupe de travail pluridisciplinaire, qui s'est appuyé notamment sur le contexte épidémiologique en République démocratique du Congo (RDC) et les aspects cliniques de la maladie.

La publication de cet avis, susceptible d'être modifié selon l'évolution des connaissances, survient alors que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé le 7 novembre que la vaccination des professionnels de santé a démarré dans le district de Ntoroko, en Ouganda, et sera mise en œuvre dans les cinq districts à haut risque limitrophes de la RDC. « En vaccinant les agents de santé de première ligne contre la maladie à virus Ebola avant même que l'Ouganda ne détecte un seul cas, les autorités sanitaires sont prudentes, car elles ont tiré les leçons amères des épidémies précédentes », note l'OMS.

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
pesticides ev
Focus

Une nébuleuse de molécules, un éventail d'effets potentiels Abonné

La responsabilité des pesticides ne fait plus débat pour des pathologies graves chez les agriculteurs (Parkinson, lymphome non hodgkinien, myélome, cancer de la prostate) et chez les enfants exposés in utero (malformations, leucémies, tumeurs cérébrales, croissance pondérale). L'éventail des présomptions est bien plus large, mais les études font défaut. Un manque en train de se combler. 3

Réforme des modes de financement et rémunération : les pistes décoiffantes du rapport Aubert

remuneration

Sur les cinq chantiers lancés par le Premier ministre Édouard Philippe en février lors de l'annonce de la stratégie de transformation du... 23

DPC 2018 : enveloppe épuisée, liste d'attente ouverte, consternation des syndicats

dpc

Depuis le 7 novembre, l'enveloppe de 87,7 millions d'euros allouée aux actions de DPC des médecins libéraux a été totalement consommée.... 2

Euthanasie : l'Ordre se prononcera « début 2019 » sur les médecins qui transfèrent leurs patients français en Belgique

euthanasie

Le Conseil national de l’ordre des médecins (CNOM) se prononcera « début 2019 » sur la possibilité pour un médecin français d’emmener un... 7

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter