Après Paris, Strasbourg s’engage à signer la charte « Villes et territoires sans perturbateurs endocriniens »
Brève

Après Paris, Strasbourg s’engage à signer la charte « Villes et territoires sans perturbateurs endocriniens »

24.01.2018

Le Réseau Environnement santé se réjouit de l'adoption par la ville de Strasbourg de sa Charte « Villes et Territoires Sans Perturbateurs Endocriniens »

Cette charte qui fait suite à la 1re Rencontre européenne du 10 octobre dernier à Paris qui avait réuni les capitales Madrid, Stockholm, les communes de Grande-Synthe et Cœur d’Ostrevent, les établissements de santé (CHU de Lille, Maternité de Guéret) et de petite enfance (crèches de Limoges).

Par cette charte, les villes s'engagent notamment à interdire l’usage des produits phytosanitaires et biocides qui contiennent des perturbateurs endocriniens sur leur territoire. Elles se doivent aussi de réduire l’exposition aux perturbateurs endocriniens dans l’alimentation, de favoriser l’information de la population, des professionnels de santé, des personnels des collectivités territoriales, des professionnels de la petite enfance, des acteurs économiques de l’enjeu des perturbateurs endocriniens. De plus, elles devront mettre en place des critères d’éco conditionnalité interdisant les perturbateurs endocriniens dans les contrats et les achats publics. Les citoyens seront régulièrement informés de l'avancement des engagements pris.

Le conseil municipal de la ville de Strasbourg a voté à l’unanimité le vœu présenté par les élus EELV. Le Conseil de Paris l'avait adopté le mardi 12 décembre à l’unanimité.

« Par-delà les perturbateurs endocriniens, nous attendons du gouvernement qu’il s’engage pour une véritable politique de Santé environnementale. Cela passe par des États généraux de la santé environnementale pour refonder notre système de santé », a souligné André Cicolella, Président du RES.

Dr L. A.
Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
salariat
Focus

Et si la vogue des centres de santé devait changer l'exercice... Abonné

Entre la floraison de centres de santé créés par les collectivités territoriales et le déploiement prochain dans les déserts médicaux des 400 généralistes salariés promis par le gouvernement dans le cadre du plan « Ma santé 2022 », la médecine salariée a le vent en poupe. À tel point qu’on peut se demander si le praticien libéral ne va pas devenir une espèce en voie de disparition. 9

Pas de cagnotte en ligne pour un chercheur anti-vaccins

La lutte contre les contre-vérités sur les vaccins vient de connaître un épisode inédit en Angleterre. La plate-forme de crowdfunding... Commenter

Souffrance au travail, intérim médical, horaires à rallonge : des médecins témoignent de la « situation explosive » des urgences

URGENCES

Excédés par la « tension » récurrente dans une grande partie des services d'urgences français, le Syndicat national des praticiens... 9

Avortement sélectif : 23 millions de femmes manquent à l'appel dans le monde

enfants chine

Il manquerait 23,1 millions de naissances féminines dans le monde entre 1970 et 2017. C'est la conclusion d'une étude parue dans les « PNAS... 3

« Ma santé 2022 est un plan pour laminer la médecine libérale ! », tonne le Dr Jean-Paul Hamon (FMF)

hamon

À quelques heures du dernier round des négociations conventionnelles sur les assistants médicaux et les communautés professionnelles territo... 2

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter