Vaccination : l’Académie de médecine tique sur le terme « obligatoire »
Brève

Vaccination : l’Académie de médecine tique sur le terme « obligatoire »

04.11.2015

L’Académie nationale de médecine a fait savoir sa position à propos du maintien ou de la levée de l’obligation vaccinale en France. S’il n’est pas question d’abandonner le concept d’obligation vaccinale, de nouvelles dispositions doivent être mises en œuvre face à une situation devenue « paradoxale », juge l’institution.

Dans le communiqué diffusé ce mercredi 4 novembre, l’Académie fait remarquer que les maladies ciblées par la vaccination obligatoire ne sont plus à l’avant-scène des risques infectieux, alors que d’autres pathologies, dont l’impact de santé publique est « considérable », ne font l’objet que de recommandations.

Cette situation, ajoutée au fait que les valences obligatoires sont associées à des valences recommandées dans les vaccins disponibles pour l’immunisation des enfants, « rend le calendrier vaccinal difficile à comprendre par le grand public, difficile à appliquer par les médecins et difficile à justifier par les autorités de santé ».

Pour l’Académie, abolir l’obligation vaccinale « serait interprété comme l’aveu implicite que les vaccins ont une efficacité et une innocuité discutables », elle propose en revanche de reconsidérer le terme « obligatoire » et d’évoluer vers une « exigibilité des preuves de la vaccination dans un certain nombre de circonstances de la vie », par exemple à l’entrée en crèche, des écoles, dans les métiers de la santé, chez les voyageurs et migrants, en cas d’épidémie, etc.

Dans ce contexte, poursuit-elle, le Haut conseil de la santé (HCSP) devrait, chaque année, réviser et actualiser la liste des vaccinations exigibles. Pour promouvoir de tels changements, l’académie préconise la mise en place, par les autorités politiques, d’un programme national d’information.

Clémentine Wallace
Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
debat
Focus

La réforme vue par les praticiens

Le corps médical ne se sent plus ni correctement représenté ni vraiment entendu. Selon notre sondage Odoxa, les médecins sont pourtant prêts à donner de la voix, y compris dans le cadre du grand débat. Et, quoique sans illusion, les sondés avancent, sur les dépenses de santé ou l'offre de soins dans les territoires, des idées parfois en rupture avec le reste de la population et les autres acteurs... 6

Une avancée pour préserver la fertilité des garçons prépubères traités par chimiothérapie

chimiotherapie

Comment préserver la fertilité des garçons prépubères avant chimio- et/ou radiothérapie ? Si la congélation de sperme peut être proposée... Commenter

Érosion du volontariat, nuit profonde abandonnée, toujours des réquisitions : la PDS toujours très fragile !

pds

Stabilité ou érosion du volontariat dans une majorité de départements, hausse timide des régulateurs libéraux (grâce aux retraités), nuit... 3

Temps de sieste, préparation à une garde, récupération : les bons conseils des chercheurs sur le sommeil de l'IRBA

sommeil militaires

Les nuits blanches, le sommeil irrégulier, la fatigue qui trouble la concentration… Ces désagréments sont bien connus des médecins... Commenter

Maternités de proximité : états généraux réussis et préparation d'un manifeste

etats generaux maternites 1

Les petites maternités peuvent sourire. Leurs états généraux qui se tenaient au Blanc (Indre) ce week-end ont été couronnés de succès. Avec... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter