Téléconsultation en officine : MG France redoute un conflit d'intérêts du pharmacien

Téléconsultation en officine : MG France redoute un conflit d'intérêts du pharmacien

Sophie Martos
| 11.12.2018
  • téléconsultation

    Téléconsultation en officine : MG France redoute un conflit d'intérêts du pharmacien

À peine signé, déjà critiqué ! L'avenant 15 sur la téléconsultation en officine paraphé le 6 décembre par l'Assurance-maladie et deux syndicats de pharmaciens (FSPF et USPO), dans le cadre de la convention pharmaceutique, n'est pas du goût du syndicat de généralistes MG France pour qui « la médecine générale ne se réduit pas à une cabine d'outils connectés ».

L'avenant détaille les modalités de participation des pharmaciens à la réalisation d'actes de télémédecine – organisation de la téléconsultation, mise à disposition d'un espace de confidentialité, vidéotransmission sécurisée, respect du parcours de soins. L'avenant prévoit une rémunération forfaitisée pour le pharmacien et la prise en charge du matériel nécessaire au recueil des paramètres du patient afin de faciliter l'accès à la téléconsultation.

Mais MG France n'est pas convaincu. L'organisation du Dr Jacques Battistoni s'alarme en premier lieu d'un « potentiel conflit d'intérêts du pharmacien d'officine ». « Le pharmacien initie, organise la téléconsultation et délivre aussi les médicaments. Il peut de facto mettre la pression sur le prescripteur », explique au « Quotidien » le Dr Battistoni. 

Jouer collectif

D'autre part, MG France s'inquiète du risque de contournement du parcours de soins. Certes, comme dans le cadre général de la téléconsultation remboursée, les pharmaciens devront organiser le recueil d'informations dans le cadre du parcours de soins. Mais pour MG France, le compte n'y est pas. « Nous craignons un détournement du soin et du médecin traitant au profit de plateformes commerciales "hors sol" dès que le médecin traitant ne sera pas disponible ou joignable », alerte le Dr Battistoni. Et ce d'autant que, selon le syndicat, plusieurs plateformes commerciales entretiennent toujours « un flou quant au remboursement du patient ».

Pour éviter les dérives, MG France réfléchit à la mise en place d'outils collaboratifs partagés (agenda, messagerie) à l'échelle du territoire. « Cette collaboration active entre pharmacien et médecin généraliste traitant pose les jalons d'une équipe de soins primaires », résume-il. 

 

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
ivg

« Grève des IVG » : des militantes réclament des sanctions

La condamnation par le Conseil national de l’Ordre des médecins (CNOM) de la menace de « grève des IVG » proférée par le Syngof, le premier syndicat des gynécologues et obstétriciens, n’est pas jugée suffisante par certaines... 6

Tiers payant intégral, moratoire sur les fermetures de lits et coercition : les communistes élaborent leur propre loi de santé

communistes

Quatre-vingt-six mesures dont 37 de première urgence. C'est ce que contient la proposition de loi de santé alternative que députés et... 4

La diversification alimentaire protège contre les maladies inflammatoires

Diversification alimentaire

Les recommandations sur la diversification alimentaire vont-elles encore bouger ? C'est ce que laisse penser une étude française publiée... Commenter

Le report d'un an de la fin des ECN désole les carabins de l'ANEMF qui réclament des gages

ECNI

Mauvaise passe parlementaire pour les carabins !  Après avoir lancé une pétition – qui frôle les 20 000 signataires – en riposte aux... 1

Interview

Agnès Buzyn : « Personne ne remet en cause les fondamentaux de la loi santé »

buzyn intw

C'est le grand rendez-vous du quinquennat pour Agnès Buzyn, dont la loi de santé est discutée à partir d'aujourd'hui dans l'Hémicyle. Dans... 7

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter