Violences éducatives : l’Assemblée nationale vote l’interdiction

Violences éducatives : l’Assemblée nationale vote l’interdiction

Elsa Bellanger
| 30.11.2018
  • violences educatives

L’Assemblée a adopté, la nuit dernière, un projet de loi visant l’interdiction des « violences éducatives ordinaires ». Ce texte à « visée pédagogique » a une portée symbolique. Alors que la Fondation pour l’Enfance estime que 85 % des parents français ont recours à des violences « éducatives », le texte adopté ne prévoit en effet pas de sanction pénale. Il aboutira à l’inscription dans le Code civil, à l’article lu lors des mariages, de deux nouvelles mentions : « les titulaires de l’autorité parentale l’exercent sans violence » et « ils ne doivent pas user à l’encontre de l’enfant de moyens tels que la violence physique, verbale ou psychologique, les châtiments corporels ou l’humiliation ».

Porté par la députée Maud Petit, et co-signé par des élus d’autres groupes, le texte a été perçu par certains députés comme une forme d’« ingérence » dans la vie des familles. La députée du Rassemblement national, Emmanuelle Ménard, seule à voter contre le texte, a dénoncé un texte venant « dépouiller les parents de leurs prérogatives ».

« On n’éduque pas avec la peur »

Le Défenseur des droits, Jacques Toubon, et la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, ont en revanche soutenu le texte. Le premier avait prôné cette interdiction à l’occasion de la publication du premier rapport sur les droits des enfants de moins de 7 ans. La fessée, avait-il alors assuré, « peut avoir des conséquences durables. C’est une donnée incontournable. On ne peut pas faire comme si on ne savait pas ». De son côté, la ministre a affirmé son opposition à cette violence « prétendument éducative » et aux « conséquences désastreuses sur le développement de l’enfant » : « On n’éduque pas avec la peur », a-t-elle tranché.

Avec cette interdiction, la France, épinglée par le Conseil de l’Europe en 2015 et le comité des enfants de l’ONU en 2016, devient ainsi le 55e État à interdire les châtiments corporels et se met en conformité avec les traités internationaux.

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
CERTIFICAT DECES

Certificats de décès : feu vert pour le recours aux internes et aux retraités, mais pas aux infirmiers

Comment pallier le manque de médecins pour établir rapidement des certificats de décès ? Des débats vifs ont animé l'Assemblée nationale sur le sujet mercredi soir et ont débouché sur une alternative, jugée néanmoins insuffisante... 24

La HAS détaille sa méthode pour évaluer l'homéopathie

homeopathie

La Haute Autorité de santé (HAS) a comme objectif de rendre un avis en juin prochain sur le bien-fondé du remboursement de l’homéopathie.... 1

Environ 7 200 décès attribuables à la grippe, l'épidémie touche à sa fin

grippe

L'épidémie de grippe est terminée dans 3 régions, Bourgogne-France-Comté, Corse et Ile-de-France et tire à sa fin ailleurs en métropole, a... 2

La tuberculose éradicable en 25 ans selon les experts du « Lancet »

tuberculose

Il est possible d'éradiquer la tuberculose d'ici à 25 ans avec une stratégie bien ciblée et des financements à la hauteur, estiment... 2

« Vous n'êtes pas ici entre confrères ! », « Ayez du courage » : des députés accusent Buzyn de corporatisme, la ministre garde son cap anti-coercition

BUZYN an

Examiné depuis lundi en séance publique, le projet de loi de santé a provoqué sans surprise un vif et long débat sur la question de la... 3

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter