Violences éducatives : l’Assemblée nationale vote l’interdiction

Violences éducatives : l’Assemblée nationale vote l’interdiction

Elsa Bellanger
| 30.11.2018
  • violences educatives

L’Assemblée a adopté, la nuit dernière, un projet de loi visant l’interdiction des « violences éducatives ordinaires ». Ce texte à « visée pédagogique » a une portée symbolique. Alors que la Fondation pour l’Enfance estime que 85 % des parents français ont recours à des violences « éducatives », le texte adopté ne prévoit en effet pas de sanction pénale. Il aboutira à l’inscription dans le Code civil, à l’article lu lors des mariages, de deux nouvelles mentions : « les titulaires de l’autorité parentale l’exercent sans violence » et « ils ne doivent pas user à l’encontre de l’enfant de moyens tels que la violence physique, verbale ou psychologique, les châtiments corporels ou l’humiliation ».

Porté par la députée Maud Petit, et co-signé par des élus d’autres groupes, le texte a été perçu par certains députés comme une forme d’« ingérence » dans la vie des familles. La députée du Rassemblement national, Emmanuelle Ménard, seule à voter contre le texte, a dénoncé un texte venant « dépouiller les parents de leurs prérogatives ».

« On n’éduque pas avec la peur »

Le Défenseur des droits, Jacques Toubon, et la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, ont en revanche soutenu le texte. Le premier avait prôné cette interdiction à l’occasion de la publication du premier rapport sur les droits des enfants de moins de 7 ans. La fessée, avait-il alors assuré, « peut avoir des conséquences durables. C’est une donnée incontournable. On ne peut pas faire comme si on ne savait pas ». De son côté, la ministre a affirmé son opposition à cette violence « prétendument éducative » et aux « conséquences désastreuses sur le développement de l’enfant » : « On n’éduque pas avec la peur », a-t-elle tranché.

Avec cette interdiction, la France, épinglée par le Conseil de l’Europe en 2015 et le comité des enfants de l’ONU en 2016, devient ainsi le 55e État à interdire les châtiments corporels et se met en conformité avec les traités internationaux.

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
stage

Obligation de stage en ambulatoire : les internes de l'ISNI n'excluent pas une mobilisation

Cette fois, la coupe est pleine. L'Intersyndicale nationale des internes (ISNI) a réuni lundi 24 juin une assemblée générale extraordinaire pour débattre du compromis relatif à l'exercice ambulatoire en fin d'internat, trouvé... 15

Polyarthrite rhumatoïde : un guide pour favoriser le dialogue entre patient et rhumatologue

Polyarthrite rhumatoïde

En partenariat avec Lilly France, l'Association nationale de défense contre l'arthrite rhumatoïde (ANDAR) a développé un « Guide de... Commenter

Au CHU de Besançon, toutes les infirmières des urgences en arrêt maladie

illustration greve infirmieres

Comme les soignants des urgences de Lariboisière (Assistance publique-Hôpitaux de Paris) au début du mois, les infirmières des urgences de... Commenter

Hôpitaux et service public : l'activité libérale des PH avec dépassements confortée par le Conseil constitutionnel

conseil etat

C'est une décision qui devrait rassurer les quelque 2 000 praticiens des hôpitaux publics facturant des dépassements d'honoraires dans le... 2

CMU/AME : plus d’une femme sur cinq sans domicile rapporte un refus de soins

cmu

Près de 22 % des femmes sans domicile en famille hébergées en Île-de-France et disposant de la CMU ou de l’AME rapportaient avoir subi un... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter