Les autotests VIH, plébiscités par les jeunes homosexuels les plus à risque

Les autotests VIH, plébiscités par les jeunes homosexuels les plus à risque

Damien Coulomb
| 27.11.2018

Autorisés depuis septembre 2015, les autotests VIH ont été distribués à plus de 300 000 exemplaires, selon des chiffres communiqués par les distributeurs AAZ qui ne prennent pas en compte les ventes du nouvel autotest à 10 euros Exacto, commercialisé depuis juillet dernier par Biosynex. Une question reste en suspens : qui sont les utilisateurs de ce nouveau mode de dépistage ? Selon les résultats de l'enquête ERAS (réalisés entre février et mars 2017), publiés ce mardi dans le bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH), l'autotest est plébiscité par une population d'hommes ayant des relations sexuelles avec d'autres hommes (HSH) jeunes, connectés et multipartenaires.

Au global, ce sont près de 8 000 HSH dépisté au cours des 12 derniers mois qui ont répondu au questionnaire. Jeunes (30 ans en médiane), ils sont dans l'ensemble très majoritairement des hommes nés en France (93 %), qui s'identifient comme des homosexuels (80 %). Ils sont sexuellement actifs (94 %) et multipartenaires, rapportant 3 partenaires en médiane dans les 6 derniers mois. Pour près de 6 hommes sur 10, le dernier rapport sexuel n'avait fait l'objet d'aucune protection. Ils entrent donc clairement dans la catégorie des groupes à risque de contamination par le VIH.

Au sein de ce groupe, seuls 5 % des HSH sexuellement actifs ont fait le choix de l'autotest. Le taux de recours à l'autotest est le plus élevé chez les plus jeunes de 18 à 19 ans : 7,4 %. Les auteurs supposent que pour beaucoup d'entre eux, il s'agissait d'u premier dépistage.

Le taux diminue progressivement avec l'âge (3,9 % chez les 45 ans et plus). Les auteurs notent un intérêt particulier pour les autotests chez les habitués des applications et sites de rencontre, puisque 5,9 % de ces derniers ont eu recours à un autotest contre 4 % de ceux qui n'utilisent pas les applications de rencontre. Le nombre de partenaire est également un marqueur significatif : 5,5 % des multipartenaires contre 3,3 % des monopartenaires.

Des utilisateurs non satisfaits des tests habituels

Un détail important : une part importante des personnes qui se dépistent peu (moins d'un test par an) a eu recours à l'autotest. Cette dernière donnée semble confirmer les affirmations des enquêtes du fabricant, selon lesquelles les autotests ont attiré une population à risque qui ne s'adressait pas aux structures de dépistage classique. Les HSH qui considéraient que les services spécialisés ne prennent pas mieux en compte la santé des homosexuels étaient sensiblement plus nombreux à avoir utilisé un autotest : 6,2 % contre 4,8 % de ceux qui estiment que la prise en charge s'est améliorée dans les services spécialisés.

« Ces résultats plaident pour une disponibilité plus large incluant la distribution secondaire », concluent les auteurs. Cette dernière consiste en une redistribution de l'autotest aux partenaires sexuels de l'acheteur. L'autonomie, la confidentialité et la disponibilité d'un résultat immédiat sont les avantages le plus souvent mis en avant, par les utilisateurs.

Rappelons que le résultat d'un autotest n'a pas valeur de diagnostic, pas plus que celui d'un test rapide d'orientation diagnostic (TROD) et doit être confirmé par un test conventionnel de type Elisa.

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
Michel Bignant

Gilets jaunes, violences : « C'est épuisant, physiquement et psychologiquement », lance le médecin chef des pompiers de Paris

À la veille d'un cinquième samedi de mobilisation de certains Gilets jaunes, le Dr Michel Bignand, 51 ans, médecin chef de la brigade des sapeurs-pompiers de Paris (BSPP) détaille au « Quotidien » l'organisation de ses équipes dan... 5

Une alimentation à base de maïs OGM ne montre « aucun d'effet délétère » chez le rat

OGM MAIS

Il n'est pas possible de distinguer par leur métabolisme ou leur état de santé des rats nourris de maïs OGM de rats nourris au maïs... Commenter

La prostatectomie radicale améliore la survie des patients atteints de cancer de la prostate localisé

prostatectomie

Face à un patient atteint d'un cancer de la prostate localisé, la prostatectomie améliore la survie de près de 3 ans, comparés à une... 1

Gradation des soins, financement, synergie avec l'université : à Poitiers, Buzyn et Vidal écoutent les CHU mais ne tranchent pas

chu

Poitiers n'est certainement pas le plus grand des centres hospitalo-universitaires (CHU) français mais c'est ici que se discutait l'avenir... Commenter

Un Français sur trois a le sentiment qu’un examen ou un acte médical superflu lui a été prodigué

urgences

Sept Français sur dix n'ont jamais entendu parler des 130 services d'urgences des cliniques de médecine, chirurgie et obstétrique. C'est... 2

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter