Près de 40 % des sujets âgés n'ont pas de lunettes adaptées à leur vue

Près de 40 % des sujets âgés n'ont pas de lunettes adaptées à leur vue

Dr Irène Drogou
| 09.11.2018

Myopie, hypermétropie, astigmatisme, les troubles réfractifs sont facilement corrigeables par le port de lunettes adaptées. Pourtant, près de 40 % des sujets âgés de plus de 78 ans en France seraient mal corrigés, révèle une étude Inserm/université de Bordeaux/Sorbonne Université dans « JAMA Ophthalmology ». 

Ce constat tiré à partir de la cohorte Alienor en région Aquitaine chez plus de 700 personnes âgées met l'accent sur la nécessité de sensibiliser médecins et patients à la recherche des troubles de la réfraction, les troubles visuels altérant la qualité de vie et le degré d'autonomie. 

Fatalisme et coût supposé

Pour le Dr Catherine Helmer, épidémiologiste Inserm à l'université de Bordeaux et auteur principale, les raisons sont multiples, tenant à la fois du « fatalisme laissant à penser qu'il est normal que la vue décline avec l'âge » ou encore « à des raisons financières persistantes malgré les aides existantes ». 

Vigilance toujours de mise en cas de suivi ophtalmo 

De façon étonnante, l'étude montre que plus d'un tiers (35 %) des sujets suivis pour une pathologie oculaire (dégénérescence maculaire liée à l'âge, glaucome, etc.) présentait des troubles réfractifs, soit un peu plus que ceux sans antécédent ophtalmologique (30 %). « Le fait de retrouver un nombre important de troubles visuels mal corrigés également chez des personnes présentant des pathologies oculaires – et qui sont le plus souvent suivies pour ces pathologies – souligne la nécessité d'être attentif à ces corrections inadaptées », estime l'épidémiologiste. 

Des examens à domicile

Sans surprise, le fait de vivre seul était un facteur de risque d'avoir des troubles de la réfraction. De même, les sujets examinés à domicile étaient plus à risque que ceux ayant pu se déplacer au centre hospitalier (49,4% versus 33,5 %). « La part encore plus élevée de mauvaise correction chez les personnes examinées dans leur lieu de vie devrait inciter à la mise en place d'actions de prévention les ciblant spécifiquement », estime Catherine Helmer.

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
pesticides ev
Focus

Une nébuleuse de molécules, un éventail d'effets potentiels Abonné

La responsabilité des pesticides ne fait plus débat pour des pathologies graves chez les agriculteurs (Parkinson, lymphome non hodgkinien, myélome, cancer de la prostate) et chez les enfants exposés in utero (malformations, leucémies, tumeurs cérébrales, croissance pondérale). L'éventail des présomptions est bien plus large, mais les études font défaut. Un manque en train de se combler. 3

Réforme des modes de financement et rémunération : les pistes décoiffantes du rapport Aubert

remuneration

Sur les cinq chantiers lancés par le Premier ministre Édouard Philippe en février lors de l'annonce de la stratégie de transformation du... 23

DPC 2018 : enveloppe épuisée, liste d'attente ouverte, consternation des syndicats

dpc

Depuis le 7 novembre, l'enveloppe de 87,7 millions d'euros allouée aux actions de DPC des médecins libéraux a été totalement consommée.... 2

Euthanasie : l'Ordre se prononcera « début 2019 » sur les médecins qui transfèrent leurs patients français en Belgique

euthanasie

Le Conseil national de l’ordre des médecins (CNOM) se prononcera « début 2019 » sur la possibilité pour un médecin français d’emmener un... 7

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter