AP-HP : à l'hôpital Saint-Louis, une halte-garderie à disposition des patients

AP-HP : à l'hôpital Saint-Louis, une halte-garderie à disposition des patients

24.10.2018
  • hôpital Saint-Louis

    AP-HP : à l'hôpital Saint-Louis, une halte-garderie à disposition des patients

Qui pour s'occuper de ses enfants quand sa « chimio » tombe le lendemain ? Soulager les jeunes parents malades, c'est l'ambition de la halte-garderie « les Kyklos », ouverte en mars 2017 à l'intérieur de l'hôpital Saint-Louis (AP-HP). « Je dépose ma fille, je vais faire ma séance et j'ai une petite journée pour moi, c'est important », témoigne à l'AFP Clémentine Lemoine, 34 ans, guérie de son cancer du sein mais toujours suivie à l'hôpital. La jeune maman reconnaît confier « les yeux fermés » sa petite Lina, 7 mois aux membres de l'association « les Kyklos ».

Cette structure unique en France dispose de 20 berceaux parmi les 130 de l'immense crèche réservée aux personnels de l'hôpital. Ses locaux lui sont prêtés par l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (APHP) et l'association, qui emploie une dizaine de salariés, est subventionnée par la Caisse d'allocations familiales (CAF) et la mairie de Paris.

Dix places sont destinées aux enfants de patients atteints de pathologies chroniques ou de leurs aidants, le reste aux enfants du quartier, pour la modique somme de 50 centimes de l'heure.

Une « heureuse initiative » pour les médecins

Le dispositif a séduit les médecins qui y voient un moyen de recentrer les soignants sur leur travail. « C'était gênant de voir des patientes arriver en consultation avec un bébé sur les genoux ou des aides-soignantes faire la nounou dans les couloirs », se remémore le Dr Marc Espié, responsable du sénopôle de l'hôpital Saint-Louis. Il salue une « heureuse initiative » qui permet en outre d'éviter la contamination des patients fragiles par les microbes des enfants.

La directrice des « Kyklos », Caroline Le Roux, met un point d'honneur à accueillir les enfants de malades sans condition ou presque : « La seule chose que je demande, c'est un carnet de vaccination à jour. » Elle revendique une aide dépassant le strict cadre des soins. Cette crèche répond à un besoin identifié dans le troisième plan cancer en 2014, à savoir libérer du temps aux patients car « la maladie, ça chamboule ».

(Avec AFP)
Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
pesticides ev
Focus

Une nébuleuse de molécules, un éventail d'effets potentiels Abonné

La responsabilité des pesticides ne fait plus débat pour des pathologies graves chez les agriculteurs (Parkinson, lymphome non hodgkinien, myélome, cancer de la prostate) et chez les enfants exposés in utero (malformations, leucémies, tumeurs cérébrales, croissance pondérale). L'éventail des présomptions est bien plus large, mais les études font défaut. Un manque en train de se combler. 3

Réforme des modes de financement et rémunération : les pistes décoiffantes du rapport Aubert

remuneration

Sur les cinq chantiers lancés par le Premier ministre Édouard Philippe en février lors de l'annonce de la stratégie de transformation du... 23

DPC 2018 : enveloppe épuisée, liste d'attente ouverte, consternation des syndicats

dpc

Depuis le 7 novembre, l'enveloppe de 87,7 millions d'euros allouée aux actions de DPC des médecins libéraux a été totalement consommée.... 2

Euthanasie : l'Ordre se prononcera « début 2019 » sur les médecins qui transfèrent leurs patients français en Belgique

euthanasie

Le Conseil national de l’ordre des médecins (CNOM) se prononcera « début 2019 » sur la possibilité pour un médecin français d’emmener un... 7

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter