Des médecins dénoncent l'absence de mesures contre l'alcoolisme dans le projet de budget de la Sécu 

Des médecins dénoncent l'absence de mesures contre l'alcoolisme dans le projet de budget de la Sécu 

Dr Lydia Archimède
| 11.10.2018
  • plfss alcool

Dans une lettre ouverte à la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, un collectif de médecins dénonce l'absence de mesures de prévention contre la consommation d'alcool dans le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) en préparation.

Le texte prévoit la création d'un fonds de lutte contre les addictions liées aux substances psychoactives (tabac, alcool, cannabis…) en lieu et place du fonds actuel de lutte contre le tabac. Ce fonds géré par l'assurance maladie sera doté de nouvelles ressources « correspondant au produit des amendes forfaitaires sanctionnant la consommation de cannabis » soit 10 millions d'euros en 2019.

Taxer plus fortement l'alcool 

« Effet d'annonce sans commune mesure avec la dimension du problème », s'insurgent les signataires dont le Pr Michel Reynaud, le Pr Amine Benyamina, le Pr Gérard Dubois, le Pr Serge Hercberg, le Pr Albert Hirsch ainsi que le président et vice-président de l'Association nationale de prévention en alcoologie et addictologie (AANPAA) le Pr Nicolas Simon et le Dr Bernard Basset.

Selon eux, « taxer plus fortement l'alcool est indispensable pour financer la prévention et les soins et surtout pour réduire sa consommation, notamment celle des plus jeunes » comme l'a montré la lutte contre le tabac. « Les excellents résultats obtenus en matière de lutte contre le tabac (1 million de fumeurs en moins en un an) grâce à la hausse du prix du tabac, montrent pourtant la voie à suivre car ils confirment l'efficacité des mesures de taxation et de contrôle du marketing », écrivent-ils.

Discussion picrocholine avec les alcooliers

Comme ils l'avaient déjà fait au mois de juillet dernier, ils s'indignent de la participation des alcooliers. « Le grand plan de prévention de l’alcoolisme du Gouvernement se résume aujourd’hui à une discussion picrocholine sur la taille en millimètres du pictogramme pour les femmes enceintes », estiment-ils dénonçant une « négociation dérisoire avec les lobbies alcooliers »

Le constat est le même : 49 000 morts annuelles directement causées par la consommation d'alcool qui reste la première cause de mortalité chez les 15-30 ans, la deuxième cause de cancers, la première cause de démence précoce et la première cause de retard mental évitable de l'enfant (né d'une femme qui buvait pendant la grossesse). L'alcool est aussi impliqué dans plus de la moitié des violences faites aux femmes et aux enfants. Les experts évaluent à 120 milliards le coût social de l'alcool.

Dans leur lettre à la ministre de la Santé, les acteurs de la prévention demandent que soient immédiatement intégrées au budget de la sécurité sociale : une taxe sur les boissons alcoolisées proportionnelle aux degrés d'alcool destinée à « financer les soins » ; une taxe sur les dépenses de publicité, y compris sur internet - pour financer la prévention.

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
Michel Bignant

Gilets jaunes, violences : « C'est épuisant, physiquement et psychologiquement », lance le médecin chef des pompiers de Paris

À la veille d'un cinquième samedi de mobilisation de certains Gilets jaunes, le Dr Michel Bignand, 51 ans, médecin chef de la brigade des sapeurs-pompiers de Paris (BSPP) détaille au « Quotidien » l'organisation de ses équipes dan... 5

Une alimentation à base de maïs OGM ne montre « aucun d'effet délétère » chez le rat

OGM MAIS

Il n'est pas possible de distinguer par leur métabolisme ou leur état de santé des rats nourris de maïs OGM de rats nourris au maïs... Commenter

La prostatectomie radicale améliore la survie des patients atteints de cancer de la prostate localisé

prostatectomie

Face à un patient atteint d'un cancer de la prostate localisé, la prostatectomie améliore la survie de près de 3 ans, comparés à une... 1

Gradation des soins, financement, synergie avec l'université : à Poitiers, Buzyn et Vidal écoutent les CHU mais ne tranchent pas

chu

Poitiers n'est certainement pas le plus grand des centres hospitalo-universitaires (CHU) français mais c'est ici que se discutait l'avenir... Commenter

Un Français sur trois a le sentiment qu’un examen ou un acte médical superflu lui a été prodigué

urgences

Sept Français sur dix n'ont jamais entendu parler des 130 services d'urgences des cliniques de médecine, chirurgie et obstétrique. C'est... 2

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter