Congrès de l'European Respiratory Society : l'environnement, le microbiome et la médecine personnalisée seront à l'honneur

Congrès de l'European Respiratory Society : l'environnement, le microbiome et la médecine personnalisée seront à l'honneur

Charlène Catalifaud
| 13.09.2018
  • efr

La France accueillera du 15 au 19 septembre le congrès de l'European Respiratory Society (ERS), « événement le plus important de la pneumologie au niveau mondial », selon l'ERS. Plus de 23 000 participants y sont attendus.

« Le fait que l'ERS se déroule à Paris va mettre en avant le rayonnement scientifique de la recherche dans le domaine des pathologies respiratoires en France. L'enjeu est important », souligne le Pr Nicolas Roche, vice-président du congrès de l'ERS, président de la Société de pneumologie de langue français (SPLF) et pneumologue à l'hôpital Cochin (Paris).

Le programme du congrès proposera quelque 420 sessions scientifiques et 5 000 communications. Trois axes seront particulièrement mis en avant : « 2 axes médico-scientifiques intégrant médecine personnalisée et microbiome et un 3e axe préventif et général sur l'environnement, regroupant tabagisme et risques liés aux expositions professionnelles, qualité de l'air… », détaille le Pr Roche.

Selon le pneumologue qui espère une « secousse et une prise de conscience » avec la démission de Nicolas Hulot annoncée le 28 août, « les préoccupations pour le climat et l'environnement commencent à sortir des cercles spécifiquement écologistes et le grand public commence à s'approprier ces sujets. Mais les choses ne vont pas assez vite, il faut amplifier les efforts ».

Alerter les pouvoirs publics

Dans ce contexte, une déclaration officielle conjointe à plusieurs organisations européennes et françaises telles que l'ERS, l'European Lung Foundation (ELF), la Fondation du souffle, la Fédération Française des Associations et Amicales de malades insuffisants et handicapés respiratoires (FFAAIR) et la SPLF portant sur le climat et la santé respiratoire sera présentée au cours du congrès. Le Pr Anh-Tuan Dinh-Xuan, président du congrès et physiologiste à l'hôpital Cochin, rappelle que l'objectif principal est d'« attirer l'attention des pouvoirs publics ».

Le tabagisme sous toutes ses formes – cigarettes, cigarettes électroniques, tabac chauffé… – aura également une place particulière au sein du congrès. « Une déclaration de l'ERS sur le tabac chauffé est prévue », note le Pr Roche. Par ailleurs, « des recommandations de l'ERS sont en cours d'élaboration sur la e-cigarette et sortiront d'ici à la fin de l'année », annoncent les Prs Dinh-Xuan et Roche.

Les connaissances en pleine expansion sur le microbiome justifient sa place majeure au sein du programme. « Beaucoup de connaissances s'accumulent, même s'il n'y a pas encore d'applications pratiques dans le domaine des maladies respiratoires », souligne le Pr Roche. « Le microbiote représente un vrai changement de paradigme », appuie le Pr Dinh-Xuan.

Une personnalisation à l'échelle individuelle

L'étude du microbiome met en évidence des profils spécifiques permettant d'optimiser la prise en charge et de répondre à l'objectif de la médecine personnalisée intégrant les biothérapies ciblées.

Actuellement, les indications de ces biothérapies dans l’asthme concernent uniquement l'asthme sévère. « Une question aujourd'hui est de savoir quels sont les biomarqueurs adaptés et si une utilisation plus précoce de la médecine personnalisée, à des stades moins sévères, pourrait contrôler durablement la maladie », interroge le Pr Roche. « Il faut identifier de plus en plus de biomarqueurs pour parvenir à une personnalisation à l'échelle individuelle et non à l'échelle d'un groupe de patients », poursuit le Pr Dinh-Xuan.

« Les interactions avec l'environnement – intérieur ou extérieur – définissent ce que sont les individus et la façon dont nous allons les prendre en charge », remarque le Pr Roche, résumant ainsi le lien entre les trois axes majeurs du congrès.

En marge de l'événement, la campagne Healthy Lungs for Life menée par l’ELF s'installera sur le parvis de l'hôtel de ville de Paris vendredi 14 et samedi 15 septembre pour mesurer le souffle des volontaires, afin de sensibiliser le grand public à l'importance d'une bonne santé respiratoire.

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
internes

48 heures par semaine maximum ? 50 % des internes de médecine générale dépassent le temps de travail réglementaire

Surcharge de travail, pression des médecins seniors : un interne en médecine générale sur deux (en première, deuxième ou troisième année), dépasse le temps de travail hebdomadaire réglementaire, révèle une enquête* d'envergure de... 13

Le nombre de cas de rougeole a bondi de 50 % en 2018, selon l'OMS

rougeole

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) alerte sur un bond d'environ 50 % des cas signalés de rougeole en 2018 par rapport à 2017. À la... 8

Dépistage organisé du cancer du sein : de bonnes performances malgré une légère baisse de la participation

depistage cancer sein

Malgré un taux de participation en légère baisse, les indicateurs de performance du dépistage organisé du cancer du sein « attestent de la... 5

Téléconsultation : des syndicats et l'Ordre s'inquiètent de « dérives commerciales »

teleconsult

Cinq mois jour pour jour après la généralisation de la téléconsultation, MG France s'alarme ce vendredi de « dérives commerciales » non... 5

Après un ressenti négatif en consultation, 60 % des patients ont déjà cherché un nouveau médecin

experience negative

Près d'un patient sur deux estime que leur médecin n'est pas assez attentif en consultation, selon une étude en ligne* réalisée auprès d'un... 10

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter