Nutrition : le HCSP propose de faire évoluer les messages sanitaires

Nutrition : le HCSP propose de faire évoluer les messages sanitaires

Coline Garré
| 20.08.2018
  • Nutri-score

« Pour votre santé, manger au moins 5 fruits et légumes par jour ; pratiquer une activité physique régulière, ne pas manger pas trop gras, trop sucré, trop salé… » Ces messages sanitaires entendus depuis une dizaine d'années devraient bientôt connaître une nouvelle jeunesse.

Le Haut Conseil de la Santé publique (HCSP), dans le cadre de l'élaboration du quatrième Plan national nutrition santé (PNNS), propose des pistes d'évolution de ces messages sanitaires, fondés sur les nouveaux repères identifiés en février dernier à partir de l'avis de l'ANSES. Dans un rapport d'octobre 2017, l'Inspection générale des affaires sociales (IGAS) estimait que les slogans s'épuisaient ou revêtaient des connotations trop moralisatrices. 

Ce sera in fine  Santé publique France qui décidera de la forme définitive des messages grand public, de leurs modalités de diffusion et de leur évaluation, notamment en s'inspirant des recommandations formulées par le HCSP. L'objectif : améliorer la politique nutritionnelle en France, qui peine à lutter contre l'obésité et le surpoids, promouvoir l'activité physique et endiguer les inégalités sociales de santé. 

9 axes prioritaires

L'avis du HCSP, rédigé par un groupe d'expert, dont le Pr Serge Hercberg, concepteur du Nutri-score, soumet à SPF 9 axes de messages prioritaires. Sans ordre hiérarchique, il s'agit de :

– privilégier l'utilisation de produits bruts, les aliments de saison, les circuits courts et les modes de production respectueux de l'environnement (limitant l'usage des pesticides) ;

– utiliser le Nutri-score pour acheter les produits favorables à la santé ;

– consommer au moins cinq fruits et légumes par jour ; en augmenter la consommation quel que soit le niveau de consommation initial ;

– consommer des légumineuses et des fruits à coque sans sel de façon régulière ;

– privilégier les produits céréaliers complets et semi-complets ;

– éviter de consommer trop de viande hors volaille et de charcuterie (respectivement moins de 500 et 150 grammes par semaine) ;

– l'eau est la seule boisson recommandée. Évider de consommer des boissons sucrées, du vin, de la bière et toute autre boisson alcoolisée ;

– pas plus d'un verre de boisson sucrée par jour ; tous les jus de fruits font partie des boissons sucrées ;

– pratiquer une activité physique régulière et diminuer la sédentarité.

Des nouveautés 

Par ailleurs, l'avis propose une deuxième classification de 25 axes, selon leur degré de proximité avec les messages actuels. Certains sont quasi-identiques : limiter le sel, les produits sucrés, le grignotage. D'autres apportent des précisions : les boissons sucrées font partie des produits sucrés et doivent être consommées exceptionnellement ; toutes les formes de légumes et de fruits sont prises en compte (frais, surgelés, ou en conserve). Enfin, une série d'axes est nouvelle. Par exemple : consommer 2 produits laitiers par jour, consommer quotidiennement des produits céréaliers complets et peu raffinés quotidiennement, consommer deux portions de poisson par semaine dont un poisson gras, privilégier les huiles riches en ALA. 

En matière de comportements alimentaires, le HCSP recommande d'éviter les portions excessives et déconseille les compléments alimentaires et régimes amaigrissants en dehors de prescriptions médicales. 

L'instance précise que ces messages sanitaires ne sauraient couvrir l'ensemble des repères alimentaires ou d'activité physique du futur PNNS 4 ; ceux-ci seront diffusés par ailleurs par Santé publique France.

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
ev hopital
Focus

Comment concilier deux mondes que tout oppose ? Abonné

Miroir des  crispations du secteur hospitalier dans un contexte budgétaire tendu, la relation entre le directeur d'établissement et le praticien est loin d'être idyllique. Au-delà des impératifs financiers et des contraintes administratives, c'est la gouvernance hospitalière qui est à revoir. La loi de santé pourrait changer la donne. 1

Comment le cerveau participe au cancer

cancer prostate

Des neurones, qui se développent au sein même de la tumeur, contribuent au développement du cancer, révèle dans « Nature » une étude... 1

Projet d'avis de la HAS : l'étau se resserre sur l'homéopathie, Boiron prépare sa riposte

homeopathie

Chargée d'évaluer le bénéfice médical des médicaments homéopathiques depuis plusieurs mois, la commission de transparence (CT) de la Haute... Commenter

Dr Marcellin Meunier, médecin en EHPAD : « Depuis des mois et des années, je vois des agents pleurer à chaque pause »

MEUNIER EHPAD

Médecin coordonnateur de l’EHPAD de Notre-Dame-de-Monts (Vendée), le Dr Marcellin Meunier, 55 ans,dénonce le sous-effectif qui touche son... 22

Live chat du « Quotidien »Loi de santé : posez vos questions au Dr Thomas Mesnier (rapporteur LREM)

Live chat du « Quotidien » - Loi de santé : posez vos questions au Dr Thomas Mesnier (rapporteur LREM)-0

Numerus clausus, bourses anti-déserts, recertification… Qu’est-ce qui va changer pour les médecins après l’adoption de la loi relative à... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter