La FMF va signer l'avenant télémédecine, carton plein pour l'Assurance-maladie

La FMF va signer l'avenant télémédecine, carton plein pour l'Assurance-maladie

Loan Tranthimy
| 25.06.2018
  • fmf avenant

Et de cinq ! Après le SML, MG France, la CSMF et Le BLOC la semaine dernière, c'est au tour de la FMF d'annoncer sa signature de l'avenant conventionnel sur la télémédecine, prévue mercredi 27 juin au siège de l'Assurance-maladie, qui fait carton plein. Réunis en conseil d'administration ce samedi, les trente-neuf représentants des adhérents du syndicat ont « beaucoup échangé sur le sujet avant de voter », selon les termes même du Dr Jean-Paul Hamon, président de la FMF.

Au final, il y a eu 24 voix pour, 14 contre et une abstention. Ce résultat est plutôt une demi-surprise. Tout au long des négociations conventionnelles, la FMF n'a pas caché ses vives critiques vis-à-vis du texte conventionnel : insuffisance de la rémunération pour la télé-expertise, insuffisance du forfait structure pour permettre aux médecins d'investir dans du matériel de télémédecine et surtout manque de protection des médecins contre le développement des plateformes commerciales de télémédecine. Il y a un mois, le président de la FMF, le Dr Jean-Paul Hamon, a même appelé les autres syndicats à ne pas signer l'avenant en l'état. En vain.

Combattre les plateformes commerciales

« En matière de télé-expertise, la rémunération est notoirement insuffisante. Pour pouvoir transmettre un électrocardiogramme par internet, j'ai investi 2 000 euros. La FMF est la seule à savoir ce que cela coûte, c'est pourquoi nous avons essayé de négocier jusqu'au bout pour avoir un avenant digne de ce nom au lieu de se précipiter pour signer », martèle le médecin généraliste de Clamart (Hauts-de-Seine).

Mais las ! Après la signature de l'avenant par les quatre autres syndicats, le patron de la FMF considère qu'il n'était pas la peine de « mener un combat d'arrière-garde car l'avenant s'applique à tous de toute façon ».

Pour l'heure, le syndicat entend combattre le déploiement des plateformes commerciales de télémédecine ayant obtenu les agréments pour fonctionner. « Le vrai danger est là pour la coordination des soins et la sécurisation de prise en charge des patients par des médecins », prévient la FMF, qui réclame l'interdiction purement et simplement de ces plateformes.

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
NUMERUS CLOSUS

Numerus clausus 2019 : une année record avec 9 314 places en deuxième année

C'était moins une ! Très attendu, l'arrêté fixant le nombre d'étudiants autorisés à passer en seconde année de médecine a (enfin) été publié le 21 avril, à seulement quelques semaines du concours de la première année commune des... Commenter

Rougeole en France : l'immunité de groupe n'est pas atteinte

rougeole

La couverture vaccinale (CV) contre la rougeole reste aujourd'hui en deçà du seuil de 95 % qui permettrait l'élimination de la maladie,... 2

Grève des urgences à l'AP-HP : mise en scène macabre devant le siège, négos bloquées

aphp

Quelle ne fut pas la surprise des employés du siège de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) en arrivant sur leur lieu de travail... Commenter

Logement indigne, AP-HM : à Marseille, deux dossiers sensibles pour le nouveau patron de l'ARS

ars

Quatre mois après sa nomination, le nouveau directeur général de l’agence régionale de santé (ARS) Provence-Alpes-Côte d'Azur (PACA) a... Commenter

Semaine européenne de la vaccination : une campagne télévisée et des villages Info

Alors que la semaine européenne de la vaccination se déroule du 24 au 30 avril, la ministre de la Santé Agnès Buzyn a annoncé le lancement... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter