Alzheimer : les peptides amyloïdes détournent une enzyme clé du fonctionnement synaptique

Alzheimer : les peptides amyloïdes détournent une enzyme clé du fonctionnement synaptique

Charlène Catalifaud
| 12.06.2018
  • peptides amyloïdes

Une équipe du CNRS et de l'université de Bordeaux a élucidé le mécanisme par lequel les agrégats de peptides amyloïdes, une des caractéristiques de la maladie d'Alzheimer, perturbent la plasticité synaptique, phénomène considéré comme étant à la base de la mémorisation et de l'apprentissage. Leurs résultats sont publiés dans « Cell Reports ».

« Notre étude apporte une nouvelle pierre à la compréhension du mécanisme d'action des peptides amyloïdes, une étape indispensable avant d'envisager de développer des thérapies », indique au « Quotidien » Daniel Choquet, un des auteurs de l'étude.

CaMKII, une enzyme fondamentale pour la plasticité synaptique

De précédentes études ont montré les effets négatifs de l'accumulation de peptides amyloïdes sur la plasticité synaptique. « La plasticité synaptique est un phénomène qui permet aux neurones d’adapter leurs réponses à certaines stimulations neuronales », explique Daniel Choquet. Grâce à des modèles de neurones de souris, les chercheurs ont mis en évidence les mécanismes moléculaires et cellulaires par lesquels les oligomères de peptides amyloïdes modifient ce phénomène, mettant ainsi à jour un possible lien entre agrégats de peptides amyloïdes et troubles cognitifs et de la mémoire liés à la maladie d'Alzheimer.

La plasticité synaptique implique une cascade de signalisation, faisant notamment intervenir la Ca2+/calmodulin-dependent kinase II (CaMKII). « Nous avons découvert que les oligomères des peptides amyloïdes sont capables de détourner la fonction normale de cette enzyme clé en la préactivant. Cette préactivation pathologique empêche la plasticité synaptique d'avoir lieu normalement », raconte le chercheur.

Développer des inhibiteurs spécifiques

Dans un deuxième temps, Daniel Choquet et son équipe ont montré qu'inhiber la protéine CaMKII avant qu'elle ne soit détournée par les peptides amyloïdes permet de restaurer une fonction synaptique normale. Pour autant, Daniel Choquet reste prudent en termes de perspectives thérapeutiques : « Inhiber cette enzyme aurait des effets néfastes en raison de son rôle très important. »

D'autres étapes restent ainsi à franchir avant le développement de thérapies. La façon dont les peptides amyloïdes préactivent l'enzyme CaMKII reste à décrypter. De plus, « nous envisageons également de développer des inhibteurs de CaMKII spécifiques des peptides amyloïdes, le but étant de bloquer cette voie d'activation sans altérer la voie normale, qui est vitale », note Daniel Choquet.

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add

L'Ordre ne s'oppose pas à l'ouverture de l'AMP à toutes les femmes, contraire ni à la déontologie ni aux principes éthiques

ordre

C'était une prise de position attendue. « La voix de l'Ordre s'est faite timide jusque-là », a reconnu le Dr Jean-Marie Faroudja, président... 7

Assistant médical : les infirmiers ne veulent pas être les « subalternes » des médecins

infirmiers

Plusieurs syndicats d'infirmiers libéraux ainsi que l'Ordre professionnel s'insurgent contre la réforme du système de santé du... 4

Des étudiants mal classés envoyés dans les déserts : la drôle d'idée du Pr André Grimaldi

Grimaldi

Le Pr André Grimaldi, professeur émérite de diabétologie à la Pitié-Salpêtrière (AP-HP), vient d'avancer une piste pour le moins... 19

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter