En grève contre les cheminots, un chirurgien se retrouve devant l'Ordre

En grève contre les cheminots, un chirurgien se retrouve devant l'Ordre

Loan Tranthimy
| 01.06.2018

« En raison d'un mouvement social du Dr Henri Robin, il ne recevra ce jour aucun salarié de la SNCF ». Cette annonce faite par un médecin chirurgien orthopédique de 57 ans de Pontault-Combault pourrait lui coûter cher. L'affaire a commencé en avril au début de la grève perlée des cheminots. Le Dr Henri Robin a tenu à informer ses patients en affichant cette déclaration dans sa salle d'attente.

« En cas d'urgence, le médecin, lui-même usager des transports en commun franciliens, invitait les cheminots à se rendre à l'hôpital privé de Nogent-sur-Marne, en prenant le RER E puis le RER A, malgré " 1 RER sur 3 ", un trajet qui prendrait, en raison de la grève, " environ trois heures " », peut-on lire sur l'affiche.

Humour 

Ce « trait d'humour », totalement assumé par le spécialiste, n'a pas du tout été apprécié par certaines personnes qui ont pris connaissance de cette affiche. Une plainte a été déposée le 18 mai auprès du conseil départemental de Seine-et-Marne de l'Ordre des médecins, pour « comportement inapproprié ».

« C'est une très bonne affiche qui dit bien les choses. J'ai été plébiscité par une centaine de personnes qui ont été d'accord avec moi. Bien sûr, je ne refuse pas de patients. Mais il se trouve que je n'ai pas eu un seul cheminot depuis le début de la grève. Par contre, les patients de la RATP arrivent en levant les bras pour dire qu'ils ne sont pas de la SNCF », raconte, sur un ton moqueur, le Dr Henri Robin joint ce vendredi par le  « Quotidien ».

Pour le médecin, la plainte ne proviendrait pas de ses patients. « J'ai répondu au courrier de l'Ordre avec ma version des faits. Et je n'enlèverai seulement l'affiche qu'à la fin de la grève des cheminots », dit-il, droit dans ses bottes.

 

 

 

 

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
ev hopital
Focus

Comment concilier deux mondes que tout oppose ? Abonné

Miroir des  crispations du secteur hospitalier dans un contexte budgétaire tendu, la relation entre le directeur d'établissement et le praticien est loin d'être idyllique. Au-delà des impératifs financiers et des contraintes administratives, c'est la gouvernance hospitalière qui est à revoir. La loi de santé pourrait changer la donne. 1

Comment le cerveau participe au cancer

cancer prostate

Des neurones, qui se développent au sein même de la tumeur, contribuent au développement du cancer, révèle dans « Nature » une étude... 1

Projet d'avis de la HAS : l'étau se resserre sur l'homéopathie, Boiron prépare sa riposte

homeopathie

Chargée d'évaluer le bénéfice médical des médicaments homéopathiques depuis plusieurs mois, la commission de transparence (CT) de la Haute... Commenter

Dr Marcellin Meunier, médecin en EHPAD : « Depuis des mois et des années, je vois des agents pleurer à chaque pause »

MEUNIER EHPAD

Médecin coordonnateur de l’EHPAD de Notre-Dame-de-Monts (Vendée), le Dr Marcellin Meunier, 55 ans,dénonce le sous-effectif qui touche son... 22

Live chat du « Quotidien »Loi de santé : posez vos questions au Dr Thomas Mesnier (rapporteur LREM)

Live chat du « Quotidien » - Loi de santé : posez vos questions au Dr Thomas Mesnier (rapporteur LREM)-0

Numerus clausus, bourses anti-déserts, recertification… Qu’est-ce qui va changer pour les médecins après l’adoption de la loi relative à... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter