Une campagne pour aider les consommateurs à mieux identifier le Nutri-Score

Une campagne pour aider les consommateurs à mieux identifier le Nutri-Score

Coline Garré
| 07.05.2018
  • nutri score

« C'est juste un logo. Mais bientôt, ce logo va nous aider à choisir ce que nous mangeons au quotidien ».

Santé publique France lance, du 7 au 27 mai, la première campagne nationale pour faire connaître le Nutri-Score auprès des consommateurs, via un film de 30 secondes diffusé à la télévision et sur internet. L'objectif : promouvoir ce dispositif afin que les clients le repèrent plus facilement dans les rayons de leurs supermarchés ou en ligne.

Le petit film rappelle ainsi le principe de cette échelle conçue sur des bases scientifiques par le Pr Serge Hercberg : cinq lettres associées à des couleurs, du A vert foncé au E orange sanguine, qui reflètent la qualité nutritionnelle d'un produit en fonction de points positifs (fibres, protéines, fruits et légumes, légumineuses) et de points négatifs (présence de sucre et de sel, d'acides gras saturés et nombre de calories).

Plus de 50 entreprises engagées

L'enjeu de cette campagne est aussi d'inciter toujours plus d'industriels et de distributeurs à rejoindre « cette démarche de transparence », selon les mots de SPF, puisqu'il est impossible de l'imposer, en vertu de la législation européenne.

Plus de 50 entreprises sont déjà engagées à faire figurer le logo sur leurs produits d'ici 2019, précise l'agence ; 55 avançait le Pr Jérôme Salomon, directeur général de la Santé, dans nos colonnes. Parmi les bons élèves, Fleury Michon, McCain, Weight Watchers, Bonduelle, Intermarché, Auchan et Leclerc Drive. Mais de grands groupes alimentaires comme Coca-cola, PepsiCo, Mars, Nestlé, Unilever et Mondelez y sont hostiles et préparent leur propre système d'étiquetage.

« L'adoption du Nutri-score par le plus grand nombre d'industriels serait un progrès important pour améliorer l’alimentation, et donc la santé des Français », indique SPF. Le plan « Priorité prévention » dévoilé le 26 mars prévoit son extension à la restauration collective et commerciale et aux produits transformés et vendus en vrac, et non préemballés (céréales, gâteaux, bonbons, pain, etc.) à partir de janvier 2020.

Enfin, Santé publique France propose un kit de promotion sur son site internet, que ses partenaires peuvent diffuser auprès du grand public.

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
génériques

Un euro de plus sur la consultation, le deal des génériqueurs aux médecins

Plus question « d'annus horribilis » comme en 2017, mais l'inquiétude reste très forte. L'association GÉnérique Même MÉdicament (Gemme, qui réunit 25 industriels du générique et biosimilaires) a présenté ce jeudi des résultats... 13

Grippe : l'épidémie s'étend à huit régions

semaine 02

L’épidémie de grippe prend de l’ampleur. Selon le dernier Bulletin Épidémiologique hebdomadaire (BEH) de Santé publique France (SPF), le... Commenter

Campagne de dépistage du cancer du col, mode d'emploi

Inca

Un dentier chuchotant à une oreille en plastique : difficile de faire affiche plus surprenante pour lancer la campagne de sensibilisation... 2

Pour 2019, MG France veut des CPTS « sexy » et des ARS « bienveillantes »

Après les vœux offensifs de la CSMF, pestant contre les énarques et les technocrates, MG France a présenté les siens à son tour ce jeudi.... Commenter

SEP : l'ANSM alerte sur l'utilisation d'Aubagio pendant la grossesse

Aubagio

Une étude de cohorte française appelée SPAM montre que des femmes sont exposées au cours de leur grossesse au tériflunomide (Aubagio), un... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter