Innovation en santé : un think tank propose des pistes pour réduire les inégalités

Innovation en santé : un think tank propose des pistes pour réduire les inégalités

Marie Foult
| 13.04.2018

Mobiliser l'ensemble des acteurs de santé porteurs d'innovations au service de la réduction des inégalités – économiques, géographiques mais aussi face à l'information en santé. Tel est l'objectif du groupe de réflexion « Économie santé » qui vient de présenter sa recommandation 2018 en ce sens.

Le think tank, qui réunit une cinquantaine d'acteurs* du secteur (médecins, fédérations hospitalières, laboratoires, usagers, start-up, etc.), souhaite inscrire de manière explicite la lutte contre les inégalités de santé dans toutes les politiques publiques d'innovation en santé.

Cela suppose d'abord un meilleur accompagnement des porteurs de projet pour repérer les innovations, un accès facilité au marché, une simplification du financement, de l'expérimentation et de l'évaluation. Parce que les innovateurs sont souvent perdus dans le maquis des instances et institutions qui peuvent les aider, « un guide pour mieux les orienter pourrait être mis en place prochainement », a affirmé Anne-Françoise Berthon, chargée de mission au sein de la délégation ministérielle à l'innovation en santé.

Autre préconisation : se servir davantage des données de santé et du big data pour recueillir des informations mesurables sur les inégalités de santé. « Les données de santé sont un élément majeur, nous savons les conserver, entre le SNIIRAM et l'Institut des données de santé mais il faudrait y avoir un meilleur accès », plaide le Dr Élisabeth Hubert, présidente de la Fédération nationale des établissements d'hospitalisation à domicile (FNEHAD).

Seuils d'activité

Le groupe fixe comme objectif la réduction des écarts de pratique et de prise en charge des patients, une inégalité majeure entre les « informés » et les « non informés ». Cela commande des informations « simples, claires et lisibles » sur les pathologies et les traitements (bénéfices/risques) et une transparence totale sur les données en particulier de morbidité et de mortalité. « Les autorisations dans certaines spécialités en cancérologie doivent revoir à la hausse les seuils d'activité et mieux cibler certaines pathologies rares nécessitant des centres de référence », lit-on dans la reco 2018. 

« La réduction de ces différences de pratique demande aussi une évolution culturelle », souligne le Dr Michel Ballereau, délégué général de la Fédération de l'hospitalisation privée (FHP). Il propose de réfléchir à la rémunération de certaines pathologies – qui valorise trop la course à l'activité – pour faire baisser ces hétérogénéités de pratique.

Dispositifs innovants

Enfin le cercle « Économie santé » veut accompagner les personnes les plus éloignées de la prévention (tabac, alcool, sédentarité, alimentation) grâce aux nouvelles technologies (applications, objets connectés), ce qui implique de « réduire la fracture numérique ».

Plusieurs exemples sont cités dans les recos, comme l'appli MoovCare, qui permet de détecter les rechutes du cancer du poumon (33 000 décès par an). Toutes les semaines, le malade renseigne 11 symptômes compilés dans un logiciel. En fonction des réponses, le médecin est alerté par e-mail.

Le dispositif de télémédecine Capri, coordonné à l'Institut Gustave-Roussy par le Pr Étienne Minvielle, améliore le suivi à distance des patients traités par chimiothérapie orale. Le chatbot Memoquest (robot conversationnel) est utilisé pour un suivi automatisé des patients hospitalisés en ambulatoire avant et après leur séjour.

* Étaient présents lors de la présentation de la reco 2018 : Benoît Péricard (KPMG), Christian Anastasy (IGAS), le Dr Michel Ballereau (FHP), Sandrine Boucher (UNICANCER), Laurence Comte-Arassus (Medtronics), le Pr Étienne Minvielle (IGR), Anne-Françoise Berthon (ministère), le Dr Élisabeth Hubert (FNEHAD) et David Corcos (Philips France).

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add

Première greffe de pénis et de scrotum (sans testicules) réussie sur un blessé de guerre américain

greffe penis

« Nous sommes optimistes quant aux résultats de cette greffe qui devrait permettre à cet homme jeune de recouvrer des fonctions urinaires et... 3

Aux urgences, trois réunions de dix minutes par jour réduiraient de 40 % le taux d'erreurs médicales

URGENCES

De simples échanges réguliers entre médecins autour des cas des patients pris en charge aux urgences permettraient de réduire de 40 % le... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter