Le projet de greffe d'utérus se concrétise à l'hôpital Foch

Le projet de greffe d'utérus se concrétise à l'hôpital Foch

Coline Garré
| 23.03.2018

« Nous espérons vous présenter la première greffe d'utérus lors du congrès de l'année prochaine », a annoncé le Pr Jean-Marc Ayoubi, chef de service d'obstétrique à l'hôpital Foch de Suresnes (Hauts-de-Seine), à l'occasion d'un colloque consacré à la reproduction après 40 ans.

Une vingtaine d'équipes travaillent sur la greffe d'utérus dans le monde. Une douzaine de naissances ont abouti, dont deux à Dallas (États-Unis), une au Brésil, et les autres en Suède, à Göteborg, où exerce l'équipe du Pr Mats Brännström, qui fut la première à publier dans le « Lancet », en octobre 2014, la naissance d'un enfant né après greffe d'utérus.

En France, l'équipe du Pr Ayoubi, qui travaille en collaboration avec celle du Pr Brännström, a obtenu en mars 2017 l'autorisation de l'agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) pour réaliser 10 greffes utérines sur des femmes atteintes du syndrome MRKH à partir de donneuses vivantes. « Nous sommes en cours de recrutement » a-t-il précisé. Une équipe du CHU de Limoges, qui a vu son projet d'essai clinique autorisé en novembre 2015, se concentre, elle, sur des donneuses en état de mort cérébrale. « Ces deux projets sont complémentaires, soutenus par l'agence de la biomédecine et l'ANSM », a ajouté le Pr Ayoubi.

« Nous sommes sur la bonne voie », s'est réjoui le chef de service, qui plaide pour des prélèvements par chirurgie robotique, à l'instar de ce qui a été fait pour deux greffes à partir de donneuses vivantes en Suède. « Nous présentons un programme hospitalier de recherche clinique national en septembre prochain », a-t-il dit. Pour rappel, l'Académie de médecine avait produit un rapport sur le sujet en juin 2015.

HTA, diabète gestationnel, prématurité... après 40 ans, des grossesses à accompagner

Le Pr Ayoubi a aussi présenté de nouvelles données sur les grossesses après 40 ans (qui mènent à 5 % des naissances), construites à partir de l'étude de la patientèle du service de gynécologie obstétrique et médecine de la reproduction de l'hôpital Foch, sur 10 ans (2006-2016) (en partenariat avec la faculté de médecine Paris Ouest).

Quelque 1 295 femmes de plus de 40 ans ont été comparées à un groupe témoin constitué de 1 295 femmes de 25 à 35 ans. Les premières ont donné naissance à 1 306 enfants, les secondes, 1 320.

Les quarantenaires ont eu trois fois plus recours à une assistance médicale à la procréation (AMP) (18,7 %) que les plus jeunes (5,6 %). Elles sont plus sujettes au surpoids, voire à l'obésité.

L'étude fait état de complications obstétricales plus fréquentes chez les quarantenaires : 3 fois plus d'hypertension artérielle (3,7 % vs 1,3 %), deux fois plus de diabète gestationnel (13,8 % vs 6,6 %), deux fois plus de césariennes (37,2 % vs 18,5 %), et davantage de naissances avant 37 semaines (10,8 % vs 6,1 %). Lors de la naissance, on observe quatre fois plus de transferts en réanimation de la mère (0,8 % vs 0,2 %), davantage de transfusions (1 % vs 0,3 %) et quatre fois plus de pré-éclampsies (près de 5 % vs 1,6 %).

Les risques sont plutôt linéaires, avec une accélération après 42 ans ; à 44 ans, 20 % des patientes ont du diabète gestationnel, la moitié subissent une césarienne. Et 3,2 % connaissent des morts fœtales in utero/fausses couches tardives ou IMG contre 0,7 % à 40 ans.

Ces données sont concordantes avec la littérature internationale, qui montre en outre un risque de mortalité maternelle multiplié par 8 pour les femmes de 40 à 44 ans, et par 30 à partir de 45 ans.

Les complications obstétricales chez les quarantenaires sont équivalentes aux complications des femmes de 30 à 35 ans dans les années 1970 ; et aux données actuelles des grossesses dans les territoires d'Outre-mer, met en perspective le Pr Ayoubi.

Avant de demander, un brin provocateur : faut-il interdire ces grossesses tardives ? « Il faut explorer, pour mieux surveiller, accompagner plutôt que culpabiliser » répond-il. Il préconise en particulier de réaliser un bilan préconceptionnel, afin de repérer les contre-indications médicales à la grossesse, de mettre en place un suivi ciblé et personnalisé, et de lutter contre le tabagisme et l'obésité. Et en amont, d'informer, informer, et encore informer, sur la baisse de la fécondité à partir de 35 ans.

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add

Effets de la convention, médecin traitant de l'enfant, plan Macron : pour les pédiatres libéraux, le compte n'y est pas

pediatre

Deux ans après la signature de la convention médicale, le mécontentement des pédiatres libéraux ne diminue pas. À l’issue de son conseil... Commenter

Rassemblement des acteurs des maladies rares pour demander un coup d'accélérateur sur le 3e plan national

maladies rares

Rassemblés lundi à l'occasion de la conférence CARE 18, les acteurs des filières et des centres de compétences spécialisés dans les... Commenter

Blouses, blocs ensanglantés… Des médecins américains partagent des images chocs en opposition au lobby des armes

us

Le ton monte entre les médecins américains et la NRA (Nation rifle association), le lobby des armes aux États-Unis. Depuis plusieurs jours,... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter