Un cerveau plus sensible à la douleur qu'on ne le croyait

Un cerveau plus sensible à la douleur qu'on ne le croyait

Damien Coulomb
| 09.02.2018
  • cerveau

Au moment de servir à Paul Krendler (incarné par Ray Liotta) un bout de son propre cerveau en guise de plat de résistance, Hannibal Lecter (joué par Anthony Hopkins) explique à une Clarice Starling médusée que « le cerveau en lui-même ne souffre pas ». S'il lit « le Quotidien » depuis sa cachette, le Dr Lecter va pouvoir mettre ses connaissances à jour : le cerveau éprouve de la douleur, et même un peu plus qu'on ne le pensait, à en croire les résultats d'une étude française parue dans « Brain ».

Les connaissances actuelles sur les douleurs intracrâniennes proviennent principalement d'observations faites au cours de procédures chirurgicales réalisées sur des patients éveillés. Il était globalement admis que les zones capables d'émettre des signaux douloureux se limitent à la dure-mère, aux vaisseaux sanguins qui irriguent cette dernière. La pie-mère et les vaisseaux cérébraux étaient quant à eux considérés comme insensibles à la douleur. Ces notions sont remises en question par le travail des chercheurs de l'équipe équipe INSERM « Douleur trigéminale et Migraine », du CHU de Nice.

Une douleur brève et intense

Ils ont procédé à des observations chez des patients opérés pour une résection de tumeur cérébrale. Des stimulations mécaniques (pression, étirement ou aspiration) ont été effectuées sur des structures intracrâniennes au cours de ces craniotomies sur patients éveillés. Le patient devait indiquer sur un dessin représentant sa tête, le lieu où les manipulations avaient lieu au cours de l'opération.

Un total de 93 événements douloureux a été signalé par 53 patients, dont 44 subissaient une résection d'une tumeur supra temporale gauche, et 9 résections d'une tumeur supra-temporale droite, soit une moyenne de 1,8 événement douloureux par patient. La totalité des douleurs signalées étaient localisées par le patient du côté où la stimulation était faite. Ces douleurs étaient toujours décrites comme étant brèves et aiguës, et elles s'arrêtaient en même temps que la stimulation.

Pour 30 de ces événements, la douleur a été causée par la stimulation de la dure-mère au niveau de la base du crâne, ou de la faux du cerveau. Dans 61 autres cas, les patients ont ressenti une douleur lors de la stimulation de la pie-mère, ou de petits vaisseaux cérébraux, localisés dans le lobe temporal (19 événements), frontal (25), pariétal (4) ou insulaire (13 événements). Les sensations étaient toujours repérées dans le cortex visuel primaire.

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add

Effets de la convention, médecin traitant de l'enfant, plan Macron : pour les pédiatres libéraux, le compte n'y est pas

pediatre

Deux ans après la signature de la convention médicale, le mécontentement des pédiatres libéraux ne diminue pas. À l’issue de son conseil... Commenter

Rassemblement des acteurs des maladies rares pour demander un coup d'accélérateur sur le 3e plan national

maladies rares

Rassemblés lundi à l'occasion de la conférence CARE 18, les acteurs des filières et des centres de compétences spécialisés dans les... Commenter

Blouses, blocs ensanglantés… Des médecins américains partagent des images chocs en opposition au lobby des armes

us

Le ton monte entre les médecins américains et la NRA (Nation rifle association), le lobby des armes aux États-Unis. Depuis plusieurs jours,... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter