À Alger, la répression policière de la manifestation de médecins résidents soulève une vague d'indignation

À Alger, la répression policière de la manifestation de médecins résidents soulève une vague d'indignation

Marie Foult
| 04.01.2018
  • Alger Médecins blessés - Bras de fer Ministre de la Santé

    À Alger, la répression policière de la manifestation de médecins résidents soulève une vague d'indignation

Plusieurs médecins ont été blessés – dont certains gravement – mercredi 3 janvier à Alger, à la suite d'une répression policière lors d'un « sit-in » et d'une manifestation au CHU Mustapha Pacha, le plus important hôpital algérien, alors qu'ils demandaient une amélioration de leurs conditions de travail.

 

Sur des photos publiées sur les réseaux sociaux, plusieurs médecins en blouse blanche ont le visage en sang. La situation a immédiatement été dénoncée par des syndicats de professionnels de santé et des responsables politiques, mais aussi par la section algérienne de l'ONG Amnesty International, qui a rappelé que « le droit à la liberté d'expression et de manifestation pacifique est garanti par la Constitution ».


En réaction à ces violences, le Collectif autonome des médecins résidents algériens (CAMRA), à l'origine de la manifestation, a décidé de suspendre les gardes et les urgences au sein de l'hôpital d'Alger « tant que la situation de crise n'est pas résolue ».

Cette manifestation visait à protester contre la situation socio-professionnelle des résidents – c'est-à-dire des jeunes médecins qui achèvent leur formation médicale initiale dans une spécialité médicale ou chirurgicale. Ces derniers doivent effectuer un « service civil » de deux ans minimum au sein d'un établissement public, dans des régions du pays souvent très isolées « sans que leur situation familiale soit prise en compte ». Ils font face à des conditions difficiles et à un manque de moyens, comme l'explique le Huffington Post Algérie. Depuis le mois d’octobre, un bras de fer oppose le collectif au ministre de la Santé sur ce sujet.

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
evenement
Focus

Faute de temps, les soignants négligent leur hygiène de vie Abonné

C'est une des plus vastes enquêtes jamais réalisées sur la santé des acteurs du soin. Les chiffres évoquent des médecins plus souvent malades que la population et plus insatisfaits de leur travail. Un constat alarmant. 6

18 polémiques santé en 2018 : votre avis nous intéresse !

18 polémiques santé en 2018 : votre avis nous intéresse !-0

L’année qui s’achève a été riche en polémiques de toutes sortes touchant le système de soins. « Le Quotidien du Médecin » a retenu les 18... 2

Urgences : l'IGAS veut remplacer le 15, le 17 et le 18 par un 112 unique

112

Verra-t-on disparaître le 15, le 17 et le 18 au profit d'un numéro unique d'urgences ? C'est ce qui semble ressortir du rapport... 7

Un pédiatre écope d'un avertissement ordinal pour non-déclaration de ses liens d'intérêts

C'est une sanction disciplinaire lourde de symbole. Pour la première fois, un médecin interrogé dans les médias grand public se voit... 7

Brevet du sofosbuvir : les ONG européennes ne désarment pas

hep c

Six ONG ont fait appel mercredi de la décision de l’Office européen des brevets (OEB), prise en septembre, de maintenir le brevet sur le... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter