« Déshabiller Paul pour habiller Jacques », Buzyn défend bec et ongles son refus du conventionnement sélectif

« Déshabiller Paul pour habiller Jacques », Buzyn défend bec et ongles son refus du conventionnement sélectif

Stéphane Long
| 07.12.2017
  • buzyn

Certains députés ont décidément l’obsession du conventionnement sélectif. La mesure, rejetée lors de l’examen du projet de loi de financement de la Sécurité sociale 2017, est revenue sur le tapis lors des questions au gouvernement hier, mercredi 6 décembre. Guillaume Garot, député de la Mayenne (Nouvelle gauche) et Yves Daniel, député de Loire Atlantique (LREM), ont interpellé la ministre de la Santé sur le sujet.

« Malgré tout ce qui a été tenté depuis 10 ans, le problème...

Pour lire la suite, inscrivez-vous gratuitement

Pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous et profitez pleinement des avantages offerts :
  • l’actualité réservée aux professionnels de santé ;
  • les newsletters pour rester informé de l’actualité ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • la possibilité de créer vos alertes personnalisées

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Commenter 13 Commentaires
 
Marie B Médecin ou Interne 11.12.2017 à 10h32

Ils vont toujours pouvoir conventionner, il va falloir étudier la densité médicale partout ! ! ! Hihi, ils ont du pain sur la planche.

Répondre
 
Stéphane D Médecin ou Interne 10.12.2017 à 17h44

Donc la ministre de la santé déclare qu'il n' y a pas de désert médical.
Je suppose que ni elle, ni sa famille, ni ses amis n'en sont les victimes.
Pourquoi y a t-il une régulation dans les autres Lire la suite

Répondre
 
JEAN FRANCOIS C Médecin ou Interne 08.12.2017 à 18h41

Bon, elle a le sens des réalités cette dame. Mais, il faut le dire, la France s'est appauvrie. On a une médecine de pauvres dans certaines zones. C'est triste. Il faut redresser la France. Au Lire la suite

Répondre
 
Hôpital Libre Médecin ou Interne 08.12.2017 à 14h37

Oui, il ya trop de médecins à Nice.

Répondre
 
Analogic Médecin ou Interne 08.12.2017 à 18h24

Si vous êtes Radiologue, Anesthésiste Réanimateur ou Psychiatre vous êtes bienvenus à NICE. Et vous ne manquerez pas de travail.

Répondre
 
Scalex Médecin ou Interne 08.12.2017 à 10h14

Si j'ai peu de gazon à semer dans mon jardin, je préfère qu'il soit réparti uniformément. Les médecins veulent conserver leur liberté ce qui est légitime. Mais qu'en est il de la liberté des patients Lire la suite

Répondre
 
Eric Médecin ou Interne 08.12.2017 à 19h19

Spécialiste (mais si j'étais généraliste ce serait la même chose), si je devais m'installer dans un désert médical, je ne me conventionnerait pas. Aucun intérêt! Je facturerais 75€ ma consultation et Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Lévothyrox : l'ANSM s'interroge sur l'apport des réseaux sociaux sur la pharmacovigilance

ansm levothyrox

En plus des spécialités de lévothyroxine déjà présentes, une prochaine pourrait arriver début 2018. « Une évaluation de demande d’AMM pour... 8

Un exosquelette permet à un jeune chirurgien italien paraplégique d'opérer ses patients

Marco Dolfin

Chirurgien orthopédiste en milieu hospitalier à Turin, Marco Dolfin est devenu paraplégique à la suite d'un accident de la route. Après un... 4

Au carrefour de l'hôpital et des soins de villeSous-utilisée mais prometteuse, l'HAD trace sa route

Abonné
had

Lors des universités d'hiver de l'hospitalisation à domicile, organisées par la FNEHAD, la ministre de la Santé a insisté sur la nécessité... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter