Le tiers payant « généralisable courant 2018 », temporise Agnès Buzyn

Le tiers payant « généralisable courant 2018 », temporise Agnès Buzyn

31.08.2017
  • Agnès Buzyn tiers payant

    Le tiers payant « généralisable courant 2018 », temporise Agnès Buzyn

En cette rentrée déjà compliquée pour le gouvernement, la ministre de la Santé calme le jeu dans la profession. Alors qu'elle doit clôturer vendredi, à La Baule, les rencontres des URPS médecins libéraux, Agnès Buzyn a précisé ce jeudi sur Cnews que le tiers payant sera bien « généralisable », c'est-à-dire facultatif, dès qu'il « fonctionnera » techniquement, en posant l'objectif d'y arriver « dans le courant de l'année 2018 ».

Chaud et froid 

En juillet, le gouvernement avait soufflé le chaud et le froid sur la question très sensible du tiers payant généralisé. Le porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner, avait jeté le trouble chez les médecins dans l'émission « Bourdin direct » sur BFMTV-RMC, en assurant que le dispositif serait bien mis en place le 1er décembre 2017 (sur la part obligatoire) comme prévu par la loi de santé.

Agnès Buzyn de son côté avait dans un premier temps (5 juillet) indiqué au « Quotidien » qu'elle voulait « éviter l'obligation de tiers payant » et diligenté une enquête IGAS sur sa faisabilité… avant de tenir des propos plus fermes sur France Inter. « C'est impératif d'aller vers un tiers payant généralisé », affirmait-elle alors. L'engagement pris par Emmanuel Macron pendant la campagne présidentielle était de rendre le dispositif « généralisable ».

Une journée par semaine pour faire des papiers

« Le mot, c'est généralisable », a donc souligné la ministre ce jeudi. Le tiers payant « ne sera pas enterré ». « Il va se développer, dès qu'il fonctionnera. Aujourd'hui il y a une étude en cours (de l'IGAS, NDLR) pour voir comment, en pratique, nous pouvons faire fonctionner cet outil qui ne fonctionne pas. »

« Il faut que ce soit un système gagnant-gagnant », pour les assurés et les médecins, a encore développé Mme Buzyn. « Il n'est pas possible que 15 % des Français qui sont en dessous du seuil de pauvreté renoncent à se faire soigner » et « nous ne pouvons pas demander aux médecins (...) de s'inscrire dans un dispositif où ils passent une journée par semaine à faire des papiers. »

Les syndicats maintiennent la pression

La CSMF a salué la « clarification » de la position d’Agnès Buzyn « après les hésitations gouvernementales » de l’été. La centrale de Jean-Paul Ortiz rappelle qu’elle est favorable à un tiers payant social, laissé à l’appréciation du médecin en fonction de la situation du patient. Président de la FMF, le Dr Jean-Paul Hamon reste de son côté en alerte maximum. « Nous constatons avec déception que le gouvernement actuel ne souhaite pas solder l'héritage du précédent (...) Un tiers payant obligatoire donc systématique constituerait une déclaration de guerre car imposant aux médecins, et donc aux patients, une réduction considérable du temps médical. Aucune solution technique ou technologique n'existe afin de privilégier la consultation à la paperasserie ».

Le tiers payant doit devenir un droit pour tous les Français à partir du 1er décembre prochain. Toutefois, la loi ne prévoit pas de sanctions pour les médecins refusant d'appliquer la réforme, que le Conseil constitutionnel a limitée à la seule part remboursée par la Sécurité sociale.

 

 

 

Cyrille Dupuis (avec AFP)
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 70 Commentaires
 
Hervé M Médecin ou Interne 07.09.2017 à 14h14

Hum... Le nivellement et la standardisation des prestations médicales, interessantes marchandises, sont aux soins ce qu'est le calibrage des petits pois dans l'industrie... C'est le préalable a la Lire la suite

Répondre
 
Globuline Médecin ou Interne 04.09.2017 à 12h53

" Il n'est pas possible que 15 % des Français qui sont en dessous du seuil de pauvreté renoncent à se faire soigner" : il faut leur dire à A. BUZYN, E. MACRON et Sieur CASTANER que les 15% des renonce Lire la suite

Répondre
 
François C Médecin ou Interne 03.09.2017 à 19h54

Et ce sont ces memes patients qui partent tous les ans en vacances, ont une voiture ou deux, ont presque tout chez eux, qui ne veulent pas payer le medecin. La medecine a aussi un prix, cela Lire la suite

Répondre
 
GILBERT I Médecin ou Interne 03.09.2017 à 17h50

Ce qui agace les "contre" à gros dépassement c'est la mise en évidence du dit depassement:

Répondre
 
bertrand h Médecin ou Interne 03.09.2017 à 17h47

Je pense que, une fois de plus on nous raconte des sornettes en déclarant que 15% des français ne peuvent se soigner faute d'argent . Les revenus les plus bas bénéficient de la CMU donc ,l'argument Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Vaccination : des membres des Académies des sciences et de médecine demandent un rappel à l'ordre du Pr Montagnier

academie sciences

Après la tribune signée par 27 membres de l'Académie nationale de médecine, et le soutien apporté par l'Académie nationale de pharmacie,... Commenter

Conventionnement sélectif : l'offensive sénatoriale fait « pschitt » face à la méthode Buzyn

plfss senat

Une première ! Pas moins de 120 sénateurs centristes, communistes et LR ont déposé six amendements visant à contraindre l'installation des... Commenter

SOS Hépatite propose son plan de dépistage de l'hépatite C

hep c

Le président de la fédération SOS Hépatites a présenté les recommandations de dépistage organisé de l'hépatite C proposées par... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter