Ordonnance obligatoire pour la délivrance des médicaments contenant de la codéine

Ordonnance obligatoire pour la délivrance des médicaments contenant de la codéine

Dr Lydia Archimède
| 12.07.2017
  • CODEINE

    Ordonnance obligatoire pour la délivrance des médicaments contenant de la codéine

La ministre de la Santé Agnès Buzyn a signé ce mercredi 12 juillet un arrêté à effet immédiat inscrivant tous les médicaments contenant de la codéine, du dextrométhorphane, de l’éthylmorphine ou de la noscapine sur la liste des médicaments disponibles sur ordonnance.

Cette décision des autorités de santé, ministère de la Santé, la Direction générale de la santé et l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), fait suite à « l’identification de nombreux cas d’abus et d’usages détournés de ces médicaments, disponibles sans ordonnances », souligne le ministère.

Le 29 juin dernier, la Commission des stupéfiants et psychotropes de l’ANSM, composée de médecins généralistes, de médecins addictologues, de toxicologues et de pharmaciens spécialistes des addictions, avait rendu un avis favorable à la prescription médicale obligatoire (PMO) pour toutes ces spécialités pharmaceutiques.

Mettre fin à la pratique du « Purple Drank »

Désormais, les patients ne pourront obtenir un médicament à base de codéine ou d’un de ces principes actifs qu'avec une prescription médicale. La vente de ces médicaments sur les sites Internet des pharmacies n’est plus possible.

La ministre des Solidarités et de la Santé espère ainsi mettre fin à la mode du « Purple Drank », cocktail à base de codéine, d’antihistaminique et de soda, une pratique en augmentation chez les adolescents et les jeunes adultes depuis 2015. « Celle-ci a provoqué deux décès tragiques chez des adolescents depuis le début de l’année », indique le ministère. Chez les moins de 25 ans : 30 cas graves liés au « purple drank » et 23 cas graves liés au dextrométhorphane avaient, par ailleurs, été recensés ces deux dernières années.

Dans une note de synthèse récente d'observations réalisées sur 8 sites à Bordeaux, Lille, Lyon, Marseille, Metz, Paris, Rennes et Toulouse, l'Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) confirmait la hausse des usages détournés de médicaments codéinés par les jeunes. La codéine retrouvée dans des spécialités pharmaceutiques antitussives sous forme de sirop, comprimés ou gélules et dans des spécialités antalgiques (comprimés) était alors accessible sans ordonnance.

La recette de fabrication du cocktail, popularisée dans les années 1990 aux États-Unis, a connu une nouvelle diffusion par le biais d’Internet. L'OFDT notait également que le terme « Purple drank » avait été quelque peu délaissé par les jeunes au profit de noms comme Lean, Codé, Codé Sprite ou Cocktail bleu.

Risque surdose majoré par l'alcool

« Les usages détournés de médicaments par les jeunes ne donnent pas nécessairement lieu à des dommages graves mais les exposent à une série de troubles sanitaires plus ou moins sévères », souligne l'OFDT. À court terme, des effets secondaires repérés sont une altération de la qualité du sommeil, des problèmes de transit, des démangeaisons (si les codéinés sont consommés sans antihistaminique).

Des troubles plus importants ont été observés à l’occasion d’hospitalisations : troubles de la vigilance (somnolence) ou du comportement (agitation, confusion, ébriété…), crises convulsives généralisées. Le risque de surdose (dépression respiratoire) est majoré par le mélange des molécules et la consommation d’alcool.

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 13 Commentaires
 
Richard G Médecin ou Interne 16.07.2017 à 07h06

Très amusants vos commentaires ! je sens que je vais continuer à me saouler au Néocodion°.

Répondre
 
philippe p Pharmacien 13.07.2017 à 09h49

et bientôt le tabac , l'alcool sur ordonnance !!! et les armes..

Répondre
 
Véronique S Pharmacien 13.07.2017 à 13h27

Un pharmacien n'est ni un buraliste, ni un débiteur de boisson: il devrait être un acteur de santé publique et avoir déjà refusé de vendre des médicaments codéinés aux personnes qui viennent quasi Lire la suite

Répondre
 
C. Lassuit II Médecin ou Interne 13.07.2017 à 13h53

heureusement que la colchique est méconnue.

Répondre
 
Marceau Médecin ou Interne 13.07.2017 à 06h37

Mais l'alcool continue de couler à flot

Répondre
 
zaza Médecin ou Interne 12.07.2017 à 23h21

c'est quoi cette illustration ? ce dafalgan 500mg/30 mg codeine est DEJA sur prescrip-tion , seule l'association 400mg/20mg codéine était en vente libre...

Répondre
 
Arnaud D Médecin ou Interne 12.07.2017 à 22h04

Médecin responsable, c'est notre job. Bonne décision, il ne devait y avoir aucun médicament en vente libre....

Répondre
 
Vincent J Pharmacien 13.07.2017 à 10h30

Ah le médecin ce Dieu vivant...
Tous les autres "professionnels" de santé ne sont que des incapables...

Répondre
 
Salters75 Médecin ou Interne 13.07.2017 à 11h28

Pas forcément.... il y a de très bons épiciers !!!!

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Intox/détoxRégimes sans viande : une nouvelle guerre des religions

Sans viande

Vegans, végétaliens, pescétariens... Ces pratiques alimentaires ont-elles un intérêt médical ? Ces privations représentent-elles un danger... 3

Des voix venues d'ailleurs : « Les gens se demandent encore si je vais rester »

uzel

Pendant l'été, « le Quotidien » retrace le parcours de médecins étrangers exerçant en France. Aujourd'hui, le Dr Salvador Cayuela. Ce... 4

Vies de médecinMathieu Coulange : l'effet subaquatique

Mathieu Coulange

Le Dr Mathieu Coulange est chef de service de médecine hyperbare, subaquatique et maritime du pôle RUSH (Réanimation, Urgences, SAMU et... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter