Budget, conflits d'intérêts : les médecins dénoncent la « dégradation » du DPC, l'agence prône l'apaisement

Budget, conflits d'intérêts : les médecins dénoncent la « dégradation » du DPC, l'agence prône l'apaisement

Christophe Gattuso
| 06.07.2017
  • dpc

    Budget, conflits d'intérêts : les médecins dénoncent la « dégradation » du DPC, l'agence prône l'apaisement

La date n'a pas été choisie au hasard. À la veille de la présentation du bilan, un an après sa mise en place, de l'Agence nationale du développement professionnel continu (ANDPC), quatre syndicats de médecins libéraux ont étrillé le dispositif. Dans un communiqué commun, la CSMF, la FMF, MG France et le SML dénoncent « la dégradation régulière » de leur capacité de DPC depuis la disparition de la formation professionnelle continue (FPC) mise en place en 1991.

Sur le fond, ils déplorent « l'étatisation » de la formation continue, sortie du champ conventionnel, et son insuffisance budgétaire. L'enveloppe allouée au DPC des médecins a ainsi été fixée à 83,7 millions pour 2017 (contre 100 millions il y a quelques années). « Sur les 10 millions d'euros de reliquat de 2016 répartis entre les différentes professions de santé, les médecins n'ont disposé que de 28 % de l'enveloppe, ce n'est pas normal », s'insurge le Dr Jean-Paul Ortiz, président de la CSMF.

Le forfait individuel des praticiens libéraux – dont la limite maximale a été ramenée de 3 700 euros à 2 950 euros par an – permet de financer au mieux 21 heures de formation chaque année. Or, selon les syndicats, « les médecins ont un besoin absolu d’accéder à 40 heures de formation par an, standard européen ». Selon ces organisations, il est indispensable d'adapter le budget de formation « avec une enveloppe dédiée, notamment en utilisant la surtaxe de l’industrie pharmaceutique, initialement fléchée à cet effet » mais qui n'a jamais été affectée au DPC.

Règles trop sévères

Un second sujet cristallise la colère de la profession : la gestion des liens et conflits d'intérêts. Une analyse du comité d'éthique a révélé que trois généralistes titulaires et trois suppléants de la commission scientifique indépendante (CSI) des médecins étaient concernés par des liens d'intérêts les empêchant de siéger. Ces praticiens avaient quitté les instances dirigeantes d'un organisme depuis moins de cinq ans (une limite ramenée à trois ans). Les syndicats dénoncent des règles trop strictes « reflet d’une volonté d’exclure la profession de la gestion de sa propre formation continue » : « C’est incohérent, et désormais inacceptable. »
 
Depuis quelques semaines, les 12 membres de la section professionnelle médecins de l’ANDPC ont décidé de suspendre leurs travaux. Les quatre syndicats cosignataires réclament un arbitrage à la ministre de la Santé. « Il faut qu'Agnès Buzyn se prononce pour trouver une sortie de crise en assouplissant la réglementation ou en faisant en sorte qu'elle ne soit pas rétroactive », affirme le Dr Jean-Paul Ortiz.

Un dossier prioritaire pour l'agence

Lors d'une conférence de presse, ce jeudi, le président et la directrice de l'agence nationale ont concédé que le bilan du DPC était « contrasté » et ont prôné l'apaisement. Le président Éric Haushalter a assuré que l'agence travaillait sur la question des conflits d'intérêts. « C'est un dossier prioritaire à traiter avant l'été », a-t-il affirmé.

Michèle Lenoir-Salfati ne souhaite pas prendre de décision arbitraire, comme elle l'avait déjà indiqué au « Quotidien ». « Le ministère de la Santé a demandé à l'agence de proposer des solutions pour résoudre la crise, a déclaré ce jeudi la directrice de l'ANDPC. Nous devons évoquer les solutions possibles avec les acteurs, cela prendra un peu de temps. » Quant au sujet du financement, les responsables de l'agence ont estimé qu'il nécessiterait des « ajustements »

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add

Bilan du DPC : davantage d'inscrits, budget tenu et grand ménage dans les formations

Lenoir-Salfati

Après deux ans de fonctionnement, l'Agence nationale du développement professionnel continu (ANDPC), créée en 2016, a rendu public son... Commenter

Grandes manœuvres dans les cliniques : Ramsay Générale de santé lance une OPA sur le suédois Capio

Le groupe Ramsay Générale de santé (RGDS), leader de l'hospitalisation privée en France, a annoncé ce vendredi une offre publique d'achat... Commenter

Vaccination obligatoire : l’ANSM réfléchit à mieux informer professionnels et grand public sur la sécurité

vaccin

La ministre de la Santé s’y était engagée, l’Agence de sécurité du médicament (ANSM) en organise les modalités. Les données de sécurité sur... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter