Cannabis : le gouvernement veut mettre en place une contravention pour sanctionner l'usage et la détention

Cannabis : le gouvernement veut mettre en place une contravention pour sanctionner l'usage et la détention

Dr Lydia Archimède
| 26.05.2017
  • cannabis

Interrogé mercredi sur BFMTV, le ministre de l'Intérieur a annoncé qu'une simple contravention pourrait, dans les prochains mois, sanctionner l'usage et la détention de cannabis en lieu et place d'une éventuelle peine de prison et un passage devant un tribunal. « Je pense que dans les 3-4 mois qui viennent, nous aurons mis en place » cette mesure, a indiqué le ministre Gérard Collomb. Interrogé par l'AFP, l'entourage du ministre a précisé que vont être lancées sans attendre « les mesures de réflexion et de concertation sur le sujet pour une mise en œuvre d'ici à la fin de l'année ».

Le syndicat de policiers, UNSA, s'est félicité de cette annonce. « Monsieur le ministre, en faisant l'application de cette revendication syndicale de longue date, répond à une demande forte de simplification et d'allégement du travail, sans sacrifier à l'efficacité », a estimé Philippe Capon, son secrétaire général. Le syndicat souligne que la mesure va dans le sens d'une « simplification des procédures pénales » en estimant que « les procédures habituelles concernant les usagers (de drogue) se révélaient jusqu'à présent trop lourdes au vu des sanctions pénales, et trop chronophages pour les services de police » et n'avaient de plus « jamais démontré la moindre efficacité en matière de lutte contre les trafics ».

Pas de dépénalisation

La mesure relance-t-elle le débat politique autour de la dépénalisation ou de la légalisation du cannabis ? Les associations d'usagers réclament régulièrement la modification de la loi de 1970 pénalisant l'usage et le trafic d'une peine d'un an de prison maximum et 3 750 euros d'amende même si, en pratique, l'emprisonnement pour usage est exceptionnel.

« Ce n'est pas de la dépénalisation, c'est de la contraventionalisation. On reste dans du pénal. Emmanuel Macron n'a pas souhaité ouvrir ce débat-là car consommer des stupéfiants reste grave et dangereux pour la santé, en particulier pour les plus jeunes », a souligné Philippe Capon. Il a rappelé que le candidat Macron avait indiqué vouloir des « mesures efficaces » notamment « la possibilité de donner une contravention d'une centaine d'euros, avec paiement le plus rapide possible, instantané dans certains cas. Et ensuite des mesures coercitives qui peuvent aller jusqu'à la prison si la personne ne paie pas ou ne rentre pas dans le rang ».

Les associations appellent à un vrai débat

Réagissant à l'annonce, les associations regroupées au sein du collectif CIRC, dont SOS Addiction, n'ont pas manqué de souligner qu'il s'agissait là d'une recommandation de la MILDECA.

L'ancienne présidente de la Mission a d'ailleurs réagi sur son compte twitter :

 

La proposition ne satisfait pas le CIRC qui y voit « l’expression d’un manque de courage politique, mais aussi et surtout l’aveu de l’échec d’une politique fondamentalement criminogène, discriminatoire et liberticide » et trouverait « bien plus pertinent de réguler d’un bout à l’autre la filière récréative et thérapeutique ». Les associations appellent « toutes les organisations impliquées dans la réduction des risques chez les consommateur(trice)s de drogues ainsi que celles œuvrant dans le champ des libertés individuelles, à se mobiliser pour qu’enfin un débat digne de ce nom s’ouvre sur la délicate question de la politique des drogues ».

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 4 Commentaires
 
Charlaine D Infirmier 29.05.2017 à 08h38

Pénaliser oui, accompagner aussi c'est pas mal surtout quand ça touche les jeunes. Ils sont informés ? Pour avoir participé à une éducation anti tabac dans un collège, les représentations sont fortes Lire la suite

Répondre
 
andre v Médecin ou Interne 27.05.2017 à 01h20

les lois seront appliquées quand les décrets d'application seront publiés au JO
Cad...

Répondre
 
JEAN-FRANCOIS C Paramédicaux 26.05.2017 à 22h24

Consommer des stupéfiants est grave pour les plus jeunes. C'est vrai. Mais ce ne sont pas les contraventions qui vont régler le problème.
L'alcool est interdit aux mineurs. Le haschich ne l'est pas, Lire la suite

Répondre
 
ROGER B Médecin ou Interne 26.05.2017 à 21h47

tjrs de beaux discours....
qd les lois seront elles appliquées?

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Grippe saisonnière : une étude souligne l'importance des mesures barrières chez les enfants traités pour une leucémie aiguë

Abonné
grippe leucemie

Pas moins de cas de grippe chez les enfants atteints de leucémie qui ont reçu un vaccin contre la grippe saisonnière. C’est ce que montre... Commenter

Tiers payant : l'UFML Syndicat réclame une loi rectificative pour supprimer l'obligation

ufml

L'échéance légale se rapproche à grands pas et elle inquiète toujours la profession. En vertu de la loi de santé, le tiers payant est censé... 12

Temps de travail : les internes divisés sur le règlement des heures sup'

interne

Marisol Touraine avait promis l'an dernier la création d'un temps de travail additionnel (TTA) permettant à tous les internes d'être... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter