Alcool : la métanalyse qui met fin au mythe des bienfaits d'une consommation modérée

Alcool : la métanalyse qui met fin au mythe des bienfaits d'une consommation modérée

Fabienne Rigal
| 22.05.2017
  • alcool

Ces dernières années ont vu leur lot d’études annonçant l’effet cardiovasculaire protecteur de la consommation modérée d’alcool (en particulier de vin rouge). Pourtant, une récente méta-analyse, parue dans le « Journal of Studies on Alcohol and Drugs », vient tempérer cet enthousiasme, et explicite les biais qui ont laissé croire en l’effet positif de l’alcool.

Le message largement répandu par le passé était que les buveurs modérés (deux verres par jour au maximum) présentaient un risque plus faible de développer une maladie cardiovasculaire que les abstinents. Mais cette méta-analyse, menée par des chercheurs nord-américains et australiens, et basée sur 45 études de cohorte, a mis en évidence plusieurs éléments qui remettent en cause cette interprétation.

Des abstinents… qui ne l’ont pas tout le temps été

Le problème principal que soulèvent les auteurs est que les abstinents sont, en fait, des buveurs qui ont cessé de boire, pour des raisons de santé. Et qu’à l’inverse, les personnes âgées en bonne santé ont tendance à conserver une consommation modérée d’alcool, davantage que des personnes malades du même âge. Deux éléments qui influencent systématiquement la différence de résultats entre buveurs (en bonne santé cardiovasculaire), et abstinents (en moins bonne santé), et conduisent à associer bonne santé et consommation modérée d’alcool.

Dans leur méta-analyse, les chercheurs ont bien observé que les buveurs modérés présentaient une mortalité cardiovasculaire plus faible que les abstinents… sauf quand l’étude avait suivi les participants depuis un âge relativement précoce (avant 55 ans). Ce qui suggère, selon les auteurs, que les abstinents tendent à être en moins bonne santé que les buveurs modérés, non pas parce qu’ils n’ont jamais bu, mais parce que leur santé influerait sur leurs choix en matière de consommation d’alcool. « Difficile de prouver l’un ou l‘autre mais on peut être très sceptique quant à l’affirmation présentant la consommation modérée d’alcool comme bénéfique », indique l’un des auteurs, Tim Stockwell, directeur du centre de recherche en addictions à l’université de Victoria, en Colombie britannique.

Évolution de la consommation

Une seconde étude, dans le même numéro du « Journal of Studies on Alcohol and Drugs », vient soutenir cette affirmation. Une cohorte de 9 137 Britanniques nés en 1958 a été suivie jusqu’à nos jours. Et il a été observé que les habitudes de consommation évoluent avec le temps : très peu parmi les abstinents à l’âge adulte l’étaient déjà plus jeunes. Et les abstinents « tardifs » étaient en plus mauvaise santé physique et mentale que les buveurs modérés.

« Les risques d’une consommation faible sont limités », rassure Tim Stockwell. « Mais boire de l’alcool en pensant que cela est bon pour notre santé est un vœu pieux. »

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
HPV

Papillomavirus : 50 organisations médicales réclament une vaccination universelle

Un appel pour un dépistage et une vaccination universelle contre le papillomavirus (HPV) vient d'être lancé par 50 organisations médicales, parmis lesquelles les Académies de médecine, de pharmacie, de chirurgie et des sciences... 4

Tiers payant intégral, moratoire sur les fermetures de lits et coercition : les communistes élaborent leur propre loi de santé

communistes

Quatre-vingt-six mesures dont 37 de première urgence. C'est ce que contient la proposition de loi de santé alternative que députés et... 13

Les députés retoquent l'obligation d'un stage dans les déserts médicaux pour les carabins

stage etudiant

Rétropédalage des députés ! L'obligation, introduite en commission, de faire un stage en zone sous-dotée pour les étudiants en médecine,... 7

Hépatite C : après la guérison, le risque de cancer du foie maintenu par une mutation épigénétique

hep c

Pour le première fois, des chercheurs de l'université de Strasbourg, dirigés par Thomas Baumert (Unité Inserm U1110), montrent que des... Commenter

Loi de santé : la CSMF menace d'un « conflit dur » avec les médecins si les députés ne se calment pas

affaires sociales

Réunie en assemblée générale ce week-end, la CSMF a tenu à mettre en garde le gouvernement sur le risque d'un « conflit dur » avec... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter