Cystite : une origine bactérienne retrouvée dans plus de 98 % des cas

Cystite : une origine bactérienne retrouvée dans plus de 98 % des cas

Fabienne Rigal
| 28.04.2017
  • cystite

Des chercheurs belges ont montré que quand des femmes présentent tous les symptômes d’une infection urinaire (IU) non compliquée, et que le test bactérien standard ne révèle pas d’infection, il s’agit tout de même, dans la plupart des cas, d’une infection bactérienne – d’après un test par PCR plus sensible.

L’étude menée par l’équipe du Dr Stefan Heytens, médecin généraliste et chercheur au département de médecine familiale et de soins primaires de l’université de Gand, en Belgique, soutient ainsi l’idée qu’un test bactérien ne doit pas être systématique avant le traitement par antibiothérapie quand les symptômes sont présents.

Bandelette urinaire vs test par PCR quantitative

Pour parvenir à cette conclusion, les chercheurs se sont basés sur les échantillons urinaires fournis par 220 femmes consultant leur médecin pour des symptômes d’IU, et 86 femmes constituant le groupe contrôle. Tous ces échantillons ont subi un test standard (par bandelette urinaire, à la recherche de leucocytes et de nitrites), puis un test par PCR quantitative (PCRq), utilisé pour détecter de faibles quantités d’ADN venant des bactéries Escherichia coli et/Staphylococcus saprophyticus. Parmi les femmes symptomatiques, le test standard a détecté 80,9 % d’échantillons positifs pour une infection bactérienne, mais le test par PCRq a trouvé 95,9 % d’infection à E. coli et 8,6 % à S. saprophyticus. En combinant ces deux derniers résultats, 98,2 % des femmes symptomatiques présentent en fait une infection bactérienne. Aucun signe d’infection sexuellement transmissible (IST) n’a été retrouvé chez les femmes qui étaient négatives au test standard et positives au test par PCRq. Parmi les femmes non symptomatiques, seule E. coli a été recherchée par PCRq : 10,5 % des femmes étaient positives pour l’infection bactérienne par le test standard, et 11,6 % par le test par PCRq.

Se passer des tests pour traiter directement

Les auteurs concluent que ces résultats soutiennent la prise en charge qui consiste, si la femme n’est pas enceinte et présente les symptômes typiques d’un IU non compliquée, sans irritation vaginale ni signe d’une IST, le diagnostic d’IU doit être accepté, et l’IU traitée, sans recherche supplémentaire. « Plutôt que de passer du temps et de l’énergie à prouver une IU non compliquée, les médecins devraient se baser sur les symptômes typiques », indiquent les auteurs. Ces résultats ont besoin d’être confirmés et il faudrait en particulier vérifier que les femmes symptomatiques mais pour lesquelles le test standard est négatif bénéficieraient effectivement d’un traitement antibiotique.

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
buzyn urgences

Buzyn débloque 70 millions d'euros pour répondre à la crise des urgences

Agnès Buzyn a annoncé ce vendredi 14 juin le déblocage de 70 millions d'euros en réponse à la crise qui secoue les urgences depuis trois mois. La ministre de la Santé avait réuni avenue de Ségur une cinquantaine de représentants... 10

Drépanocytose : les promesses d'un médicament oral ciblant l'hémoglobine S anormale

drépanocytose

De nouvelles perspectives thérapeutiques s'ouvrent dans la drépanocytose. Alors que la thérapie génique par Lentiglobin (Bulebird) avance à... Commenter

Dans le Val-d'Oise, les médecins de PMI confient leur mal-être au secrétaire d'État Adrien Taquet

pmi

« Nous avons des difficultés à répondre aux besoins de la population ». Ce froid constat du Dr Florence Fortier, chef du service de protecti... 7

La mutation « remarquable » du centre psychothérapeutique de l'Ain saluée par la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté

« Évolution remarquable » : c'est en ces termes que la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) salue les efforts four... Commenter

Ce que les jeunes médecins veulent en priorité ? Sept leaders prennent position

Ce que les jeunes médecins veulent en priorité ? Sept leaders prennent position-0

Comment améliorer l’exercice de la médecine dans les prochaines années ? Le « Quotidien » a posé la question aux représentants syndicaux... 9

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter