La vitamine D allonge de 33 % la durée de vie moyenne… du nématode

La vitamine D allonge de 33 % la durée de vie moyenne… du nématode

Dr Véronique Nguyen
| 26.10.2016
  • vit d

    La vitamine D allonge de 33 % la durée de vie moyenne… du nématode

Une étude chez le ver C. elegans montre l’effet anti-vieillissement de la vitamine D, mécanisme à l’appui. La supplémentation vitaminique accroît la longévité du ver et réduit la formation des protéines insolubles, via l’action des gènes de la réponse au stress. Un nouvel argument pour une supplémentation universelle ?

« La vitamine D se révèle agir sur des gènes de longévité connus ; elle allonge de 33 % la durée de vie moyenne du ver C. elegans, et ralentit le mauvais pliage associé à l’âge d’une centaine de protéines », explique le Pr Gordon Lithgow qui a dirigé cette recherche au Buck Institute for Research on Aging (Novato), en Californie – un centre exclusivement dédié à la recherche sur le vieillissement. L’étude est publiée dans la revue « Cell Reports ».

Nombreuses fonctions physiologiques et pathologies

Il est devenu évident au cours des dernières années que la vitamine D ne joue pas seulement un rôle dans le métabolisme osseux mais participe à de nombreuses fonctions physiologiques. De fait, un déficit (ou une insuffisance) en vitamine D se trouve associé à une variété de maladies (inflammatoires, auto-immunes), notamment des maladies apparaissant avec l’âge (maladie d’Alzheimer, maladie de Parkinson, déficit cognitif et cancer…).

Afin de mieux comprendre comment la vitamine D influence le vieillissement, l’équipe a étudié le ver microscopique C. elegans. Les chercheurs ont d’abord vérifié que le ver, nourri en vitamine D3, peut bien transformer la vitamine en forme active, et que celle-ci peut activer le récepteur VDR humain – établissant ainsi que le métabolisme de la vitamine D est conservé entre nématodes et mammifères.

Puis ils ont constaté que l’apport de vitamine D chez le ver adulte accroît sa longévité (confirmant une étude récente), ceci de façon dose-dépendante et sans toxicité. Cet effet est médié par des gènes de la réponse au stress : SKN-1, IRE-1 et XBP-1.

Réduction de la formation de protéines insolubles

Pour les mécanismes en aval, ils ont constaté que l’apport de vitamine D réduit la formation de protéines insolubles, et ceci pour des protéines ayant toutes sortes de fonctions.

Ils ont alors étudié une souche de nématode prédisposée à l’agrégation de béta-amyloïde et devenant paralysée par accumulation de protéines agrégées. De façon étonnante, la supplémentation en vitamine D réduisait le nombre de vers paralysés, et prévenait donc la toxicité causée par la béta-amyloïde humaine.

« La vitamine D3 améliore l’homéostasie des protéines et ralentit le vieillissement, concluent les chercheurs. Ceci souligne l’importance de maintenir des taux sanguins appropriés en vitamine D et pourrait expliquer pourquoi une telle variété de maladies humaines liées à l’âge est associée au déficit en vitamine D. » L’équipe envisage maintenant d’étudier comment la vitamine D influence le vieillissement de la souris, avec l’espoir de suivre cela par des études cliniques chez l’homme.

« Ce travail est vraiment attrayant et stimulant », admet le Dr Janice Schwartz de l’Université de Californie à San Francisco, qui n’a pas participé à l’étude. « Nous focalisons sur la vitamine D et les os parce que c’est là que nous pouvons mesurer son impact. Mais je pense que la vitamine D est aussi cruciale pour les muscles et l’ensemble de l’organisme que pour les os. La vitamine D influence des centaines de gènes et la majorité des cellules ont des récepteurs pour la vitamine D ; elle doit donc être très importante. »

Vers une supplémentation universelle ?

Un taux sanguin de vitamine D (dosage de 25 (OH)D) supérieur à 30 ng/ml est considéré comme « optimal » pour la majorité des experts. Cependant, pour d’autres, ce taux doit être supérieur à 40 ou 50 ng/ml.

Mais est-il nécessaire de doser la vitamine D ? Le Dr Schwartz, comme d’autres experts, préconise plutôt une supplémentation universelle de vitamine D chez les adultes, à raison de 800 à 1 000 UI par jour. « C’est sans danger, il n’y a aucune raison de ne pas le faire », assure-t-elle. Une supplémentation d’autant plus justifiée chez les sujets âgés, les personnes à peau foncée, ou ceux vivant aux latitudes élevées, étant donné leur sur-risque de déficit en vitamine D.

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add

Effets de la convention, médecin traitant de l'enfant, plan Macron : pour les pédiatres libéraux, le compte n'y est pas

pediatre

Deux ans après la signature de la convention médicale, le mécontentement des pédiatres libéraux ne diminue pas. À l’issue de son conseil... Commenter

Plainte du ministère de la Santé contre le syndicat des médecins remplaçants des hôpitaux

snmrh

Le divorce est consommé entre Agnès Buzyn et le Syndicat national des médecins remplaçants des hôpitaux (SNMRH). Sa présidente, le Dr Lynda... 16

Rassemblement des acteurs des maladies rares pour demander un coup d'accélérateur sur le 3e plan national

maladies rares

Rassemblés lundi à l'occasion de la conférence CARE 18, les acteurs des filières et des centres de compétences spécialisés dans les... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter