Congrès de la Société française de pédiatrie - Le rein du bébé a bon appétit

Congrès de la Société française de pédiatrieLe rein du bébé a bon appétit

06.09.2016
Congrès de la Société française de pédiatrie – Lille

La nutrition avant ou après la naissance joue un rôle déterminant sur le développement du rein et les fonctions rénales. Farid Boubred (Marseille) a fait le point au congrès de la Société française de pédiatrie.
  • Congrès de la Société française de pédiatrie - Le rein du bébé a bon appétit-1

Un déficit néphronique, acquis dès la naissance ou durant la période néonatale chez l’enfant prématuré, prédispose au développement de maladies cardio-vasculaires et rénales à long terme.
Chez l’homme, le nombre définitif de néphrons acquis à la naissance varie entre 250 000 et 1,5 million. Grande variabilité qui résulte de facteurs génétiques et environnementaux.
Chez l’enfant prématuré, la néphrogenèse est affectée par un environnement néonatal inapproprié. Des études sur l’évolution du volume rénal suggèrent une altération du développement rénal chez les enfants prématurés, en particulier ceux nés avec un retard de croissance intra-utérin.

Nutrition fœtale

Chez l’animal comme chez l’homme, une hypotrophie à la naissance est associée à un déficit néphronique de 30 %.
Un régime maternel restrictif (protéique ou global), un déficit maternel en micronutriments (vitamine A, zinc) altèrent la néphrogenèse et induisent un déficit néphronique de 20 à 50 % chez le fœtus.

Nutrition postnatale

Dans certaines espèces animales, la nutrition néonatale influence le nombre final de néphrons : chez le rat, une restriction nutritionnelle globale néonatale (portée importante) induit un déficit néphronique alors qu’une suralimentation (réduction de la portée) augmente de 25 % le nombre final de néphrons.
Chez l’enfant prématuré, on manque de données sur les effets de la nutrition néonatale sur le développement rénal.
Cela dit, une restriction de croissance extra-utérine néonatale semble associée à une dysfonction rénale à long terme par déficit néphronique.
Afin de limiter la restriction de croissance extra-utérine, des services de néonatalogie ont augmenté les apports protéiques. Des apports protéiques plus élevés sont probablement justifiés pour répondre au développement, en particulier, des reins.
Des travaux complémentaires sont nécessaires pout évaluer l’impact à court et long termes de la nutrition néonatale sur les fonctions et la structure rénales chez l’enfant prématuré.
 
Dr Emmanuel de Viel
Congrès de la Société française de pédiatrie, Lille. Communication de Farid Boubred (médecine et réanimation néonatale, hôpital de La Conception, AP-HM, Marseille).
Archives de Pédiatrie, mai 2016, vol. 23, hors série. www.sfpediatrie.com

 

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add

Cannabis : le gouvernement veut mettre en place une contravention pour sanctionner l'usage et la détention

cannabis

Interrogé mercredi sur BFMTV, le ministre de l'Intérieur a annoncé qu'une simple contravention pourrait, dans les prochains mois,... 3

G7 : la Sicile est en état d’alerte après l’attentat de Manchester

Taormina G7

Une cité blindée et 400 opérateurs de santé spécialisés déployés sur le terrain. À l’occasion du G7 qui se tient les 26 et 27 mai à... Commenter

Législatives 2017 : la carte des médecins candidats

Législatives 2017 : la carte des médecins candidats-0

Les élections législatives se dérouleront les dimanches 11 et 18 juin. La date limite de dépôt des candidatures (dans les 577... 1

l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter