Ouverture des nouveaux traitements de l'hépatite C : les associations s'impatientent

Ouverture des nouveaux traitements de l'hépatite C : les associations s'impatientent

Damien Coulomb
| 09.06.2016

La fédération d'associations de patients SOS Hépatite a reproché dans une lettre ouverte adressée à la ministre des Affaires sociales et de la Santé Marisol Touraine le retard pris dans la signature des décrets permettant l'élargissement de l'accès aux nouveaux antiviraux à action directs (NAAD) dans le traitement de l'hépatite C.

Lors de la Journée nationale de lutte contre les hépatites virales du 25 mai dernier, Marisol Touraine avait en effet promis un élargissement en deux temps de l'accès aux NAAD pour l'instant réservé aux patients infectés par le virus de l'hépatite C en stade de fibrose F4, F3 et F2 sévère.

Dans un premier temps, un arrêté signé dans les jours qui suivaient le 25 mai devait permettre l'extension des indications de traitements pour les patients au stade F2 de fibrose, aux patients transplantés ou en attente de greffe ainsi qu'aux populations « vulnérables », tout stade de fibrose confondu. La ministre de la Santé devait attendre un avis de la commission de la transparence de la Haute Autorité de santé (HAS) qui a été publié le 26 juin.

Plus de deux semaines de retard

« Madame la ministre, nous sommes à plus de deux semaines de votre déclaration et toujours aucun arrêté n’est paru au "Journal officiel", constate le Dr Pascal Mélun, président de SOS Hépatites, et auteur de la lettre ouverte, des malades injustement privés de traitements depuis 18 mois ont cru à des avancées dans le respect de leur droit constitutionnel d’accès aux soins. »

Un second arrêté devrait être signé en septembre prochain, destiné à ouvrir les traitements à l'ensemble des patients, quel que soit leur stade de fibrose, après un nouveau rapport de la HAS. La situation actuelle « continue d’engendrer un marché parallèle de médicaments particulièrement inquiétant. J’exerce aujourd’hui mon devoir d’alerte auprès de l’Agence nationale de sécurité du médicament », conclut le Dr Mélun.

Un second arrêté devrait être signé en septembre prochain, destiné à ouvrir les traitements à l'ensemble des patients, quel que soit leur stade de fibrose, après un nouveau rapport de la HAS. La situation actuelle « continue d’engendrer un marché parallèle de médicaments particulièrement inquiétant. J’exerce aujourd’hui mon devoir d’alerte auprès de l’Agence nationale de sécurité du médicament », conclut le Dr Mélun.

Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

« L'humanité ne peut s'arrêter aux frontières de la France ! » : le Pr Pitti explique pourquoi il renonce à ses insignes d'officier de la légion d'honneur

Pr Raphaël Pitti

Le Pr Raphaël Pitti, chef du service de réanimation à la polyclinique de Gentilly (Nancy) et médecin humanitaire, a été promu au rang... 11

L'athérosclérose présente chez la moitié des 40-54 ans sans facteur de risque cardiovasculaire… Faut-il s'en soucier ?

athérosclérose

Une tension basse, une glycémie faible et un taux de cholestérol dans la norme suffisent-ils à garantir des artères saines ? Une étude... Commenter

La consommation d’antibiotiques en France reste à la hausse en ville

ANTIBIOTIQUES

La tendance à la hausse de la consommation d’antibiotiques en ville se poursuit depuis 2010, après une période de baisse (2000-2005) puis... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter