Législation - Faut-il légaliser le cannabis en France ?

LégislationFaut-il légaliser le cannabis en France ?

25.05.2016
Auteur d’une prise de position très remarquée en janvier dernier lors du 20 e congrès de pneumologie de langue française, le Pr Dautzenberg explique ses arguments en faveur d’une légalisation contrôlée du cannabis.
  • cannabis

    Faut-il légaliser le cannabis en France ?

Sa prise de position sur le cannabis en janvier dernier, lors du 20e congrès de pneumologie de langue française, a fait grand bruit dans les médias. « Le but était d’interpeller les pneumologues et de lancer le débat sur l’inefficacité de la politique française en matière de cannabis », explique Bertrand Dautzenberg, professeur de pneumologie à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris. «   Aujourd’hui, la France est le pays d’Europe où on trouve le plus grand nombre de consommateurs parmi les jeunes. Et, si on veut faire baisser ces consommations, il est certainement nécessaire de faire évoluer notre législation, actuellement axée sur le tout répressif, car depuis 1916 cette politique est en échec », ajoute-t-il.

Le Pr Dautzenberg tient d’emblée à préciser qu’il n’ignore en rien les risques liés à l’usage du cannabis. « En dehors de ses conséquences dans le domaine cognitif, particulièrement marquées à l’adolescence, la consommation de cannabis, en particulier sous forme de résine fumée, a clairement des effets dans le domaine respiratoire. Certes, il n’est pas toujours simple d’interpréter les résultats de certaines études tant les modes d’inhalation sont différents. Il y a très peu de fumeurs de cannabis pur et celui-ci est la plupart du temps associé au tabac. Et il est difficile de déterminer avec exactitude la part d’effets qui incombe spécifiquement au cannabis », indique le Pr Dautzenberg.

Mais selon lui, il existe des liens avérés entre la consommation de cannabis et la survenue de pathologies respiratoires ainsi que sur le risque de rechute du tabagisme liée à la co-consommation de nicotine. « Aujourd’hui, en France, le cannabis est principalement consommé sous forme de résine. Souvent coupée avec d’autres substances plus ou moins toxiques, cette résine est mélangée avec du tabac, sous forme de joints réalisés avec un papier à cigarette long qui brûle mal. C’est en l’occurrence la fumée chargée en particules fines et très fines, en substances cancérogènes et en monoxyde de carbone qui produit sur le poumon des effets nocifs, alors que le THC et les autres cannabinoïdes ont peu d’effets directs sur le système respiratoire », indique le Pr Dautzenberg.

Aujourd’hui, les pouvoirs publics s’opposent à toute dépénalisation ou légalisation du cannabis. « Nous avons le même objectif commun : faire baisser les consommations. S’entêter dans le tout répressif est contre-productif et je pense qu’il faut faire évaluer notre législation. Il n’existe aucun début de preuve dans la littérature qu’une politique répressive permette de faire baisser les usages. Et je pense qu’il faudrait réfléchir à une évolution contrôlée, sous la responsabilité de l’État, comme cela a été fait en Uruguay. Aujourd’hui, via le trafic, les jeunes consomment plus de produits à la composition parfois incertaine et de mauvaise qualité. C’est comme s’ils achetaient une bouteille d’alcool sans savoir si elle contient de la bière ou de la vodka », indique le Pr Dautzenberg.

Une légalisation encadrée permettrait, selon lui, la distribution de produits à la qualité contrôlée. « Il faudrait qu’ils soient proposés au départ à des prix assez bas pour prendre le marché et casser le trafic. Ensuite, on pourrait, sur le modèle du tabac, augmenter les prix de manière progressive et, avec les taxes recueillies, faire de la prévention à large échelle. La grande question est bien sûr de savoir si cette légalisation contrôlée ne risquerait pas d’entraîner une hausse des consommations. Si l’état gère cette légalisation et ne fait pas la promotion des produits mais de la prévention, cela n’est pas observé. Et, à terme, une politique de prévention bien menée inverse la tendance, comme cela est démontré au Portugal, seul pays européen ayant dépénalisé toutes les drogues. Depuis la loi Evin, la consommation de tabac a reculé de 50 % et celle d’alcool de 25 % en France. Sur la même période, la consommation de cannabis a progressé de 20 %. Ce qui prouve l’inefficacité de la politique répressive au regard d’une légalisation contrôlée », estime le Pr Dautzenberg.

D’après un entretien avec explique avec Bertrand Dautzenberg, professeur de pneumologie à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris

Exergue : Nous avons le même objectif commun : faire baisser les consommations

Antoine Dalat
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Plus de 120 médecins libéraux et hospitaliers dans la course aux législatives !

legislatives

Au moins 120 médecins de toutes spécialités se présentent aux élections législatives, qui auront lieu les dimanches 11 et 18 juin. La carte... Commenter

Précarité, accès aux soins, prévention, les premiers pas de la ministre Buzyn en visite à ATD Quart Monde

Buzyn ADT Quart Monde

En choisissant le centre de promotion familiale ATD Quart Monde de Noisy-le-Grand pour son premier déplacement, ce 24 mai, Agnès Buzyn a... 3

Législatives 2017 : la carte des médecins candidats

Législatives 2017 : la carte des médecins candidats-0

Les élections législatives se dérouleront les dimanches 11 et 18 juin. La date limite de dépôt des candidatures (dans les 577... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter