Thèse de Lorette Averlant - Faculté de médecine de Lille - Sous-utilisation des anticoagulants oraux et prescription inappropriée d’antiagrégant plaquettaire chez les sujets âgés en fibrillation atriale

Thèse de Lorette Averlant - Faculté de médecine de LilleSous-utilisation des anticoagulants oraux et prescription inappropriée d’antiagrégant plaquettaire chez les sujets âgés en fibrillation atriale

02.06.2016
Cette thèse a été soutenue le 12 octobre 2015, à la faculté de médecine de Lille. Elle a reçu le prix Paul Chiche de la Société française de cardiologie (SFC) remis lors des 26 es journées européennes de cette même société, le 16 janvier 2016.
  • L. Averlant

Introduction

Plusieurs études ont montré quela prescription d’antiagrégant plaquettaire (AAP) favorise la sous-utilisation des anticoagulants oraux (ACO) dans la fibrillation atriale (FA) des patients âgés de 75 ans et plus. Or la prévalence élevée de pathologies athéromateuses chez ces sujets peut expliquer la prescription des AAP. L’objectif de ce travail était de déterminer si l’association entre prescription d’AAP et sous-utilisation des ACO était due à la présence de pathologies athéromateuses dans cette population.

Méthodes

Cette étude était rétrospective, observationnelle, monocentrique de 2009 à 2013. Les patients de 75 ans et plus ayant une FA non valvulaire ont été identifiés parmi 72,090 séjours hospitaliers. Les prescriptions de traitements antithrombotiques et leurs liens avec la présence de pathologies athéromateuses ont été évalués à l’aide d’un modèle de régression logistique.

Résultats

2 034 séjours hospitaliers étaient inclus avec un âge moyen de 84±5,2 ans. La prévalence de pathologie athéromateuse était de 25,9 % et la sous-utilisation des ACO était observée dans 58,6 % des séjours. En analyse multivariée, la prescription d’un AAP augmentait le risque de sous-utilisation des ACO (odds ratio = 6,85 [5,50-8,58]) indépendamment de la présence d’une pathologie athéromateuse (odds ratio = 0,78 [0,60-1,01]). Parmi les 692 (34,0 %) séjours avec un traitement par AAP prescrit en monothérapie, seuls 232 (33,5 %) avaient une pathologie athéromateuse.

Conclusion

La sous-utilisation des ACO est fortement liée à la prescription d’AAP, indépendamment de la présence d’une pathologie athéromateuse chez les personnes âgées en FA. Nos résultats suggèrent que les AAP sont souvent prescrits de manière inappropriée à la place des ACO.

Lorette Averlant
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
Fataliste Médecin ou Interne 04.06.2016 à 16h30

«  s'agit il des prescrip-tions a l'entrée provenant du libéral extra hospitalier ou des prescrip-tions a la sortie de l'hopital?  »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Malgré son potentiel, la télémédecine reste « embryonnaire »

cour comptes 2

Dans son rapport annuel sur la Sécurité sociale, la Cour des comptes formule plusieurs recommandations au sujet de la télémédecine*,... Commenter

Lévothyrox : des avocats toulousains lancent une action collective contre Merck

levothyrox

Défaut d’information et préjudice d’angoisse. Voilà les deux chefs d’accusation que trois avocats toulousains comptent plaider devant le... 2

Internat : l’ophtalmologie très prisée, la médecine générale et la gériatrie à la peine

choix de postes

7 977 étudiants en médecine (CESP inclus) en ont fini avec leur choix de spécialité d’internat et de CHU d’affectation. La procédure a pris... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter