Favoriser la régénération musculaire pour prévenir la sarcopénie

Favoriser la régénération musculaire pour prévenir la sarcopénie

02.05.2016

Chez les sujets âgés, certains facteurs nutritionnels pourraient avoir un impact sur la capacité de régénération musculaire et permettre ainsi de prévenir la sarcopénie.

  • Favoriser la régénération musculaire pour prévenir la sarcopénie-1

Le processus de vieillissement s’accompagne d’une perte de masse musculaire qui aboutit, à terme, à une diminution de la force musculaire et des performances physiques – la sarcopénie – avec, pour corollaire, un risque accru de chutes. La régénération musculaire est l’une des voies explorées pour lutter contre la sarcopénie. Le muscle squelettique est en effet un tissu qui se renouvelle peu, mais qui est doué d’une bonne capacité à se régénérer lorsqu’il est blessé, capacité qui diminue toutefois avec l’âge. Maintenir cette capacité de régénération musculaire pourrait ainsi permettre de lutter contre la sarcopénie.
Des chercheurs ont passé en revue les différentes stratégies nutritionnelles qui pourraient agir sur la régénération musculaire, processus qui se fonde notamment sur un dialogue entre cellules immunitaires et cellules musculaires (1).
 
Une alimentation riche en protéines est, bien sûr, essentielle, mais certaines protéines semblent jouer un rôle plus spécifique en agissant sur la qualité de la réponse immunitaire impliquée dans le processus de régénération. C’est le cas des protéines du lactosérum, riches en leucine. Présentent également un intérêt les protéines apportées par les poissons, qui ont une action anti-inflammatoire par leur richesse en certains acides aminés (arginine, glycine, taurine et lysine).
Sont également explorés pour leurs propriétés : les omégas-3, les polyphénols et la vitamine D. En effet, des études in vitro ont souligné l’action anti-inflammatoire des omégas-3 : l’acide docosahexaénoïque (DHA) inhibe la protéolyse, ce qui favorise l’anabolisme musculaire et l’acide eicosapentaénoïque prévient la mort cellulaire. Les polyphénols, quant à eux, stimulent la réponse des macrophages et donc la régénération musculaire. Enfin, la vitamine D augmente la prolifération cellulaire, réduit l’apoptose et module l’expression de certaines cytokines spécifiques du muscle lésé.
Ces différentes voies sont aujourd’hui en cours d’études pour tenter de proposer à terme des stratégies préventives de la sarcopénie.
 
Dr Isabelle Hoppenot
 
(1)   Domingues-Faria C et al. Skeletal muscle regeneration and impact of aging and nutrition. Ageing Res Rev 2016 ; 26 : 22-36. 
 

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add

Dans la Manche, un maire fait face au désarroi des habitants privés de généralistes

manche

« Nous sommes dans une situation plus que tendue ». Jean-Pierre Lhonneur, maire de Carentan-les-Marais (Manche) depuis 2008, est quelque peu... 1

Poses de prothèses en chirurgie ambulatoire : l'AP-HP marque des points

hanche prothese

L'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) annonce la réalisation de deux poses de prothèse (totale de hanche et unicompartimentale... Commenter

Éléments en faveur d'une maladie de Lyme chronique, d'après des travaux chez le singe

lyme

Alors qu'en France un protocole de diagnostic et de soins est en cours de rédaction à la Haute Autorité de santé (HAS), les controverses... Commenter

l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter