Contre le burn-out, l'URPS du Centre Val-de-Loire s'associe à une structure de prévention

Contre le burn-out, l'URPS du Centre Val-de-Loire s'associe à une structure de prévention

Sophie Martos
| 14.04.2016
  • Burn out

    Contre le burn-out, l'URPS du Centre Val-de-Loire s'associe à une structure de prévention

Soigner les soignants est l'un des nouveaux objectifs affiché par l'URPS des médecins libéraux Centre Val-de-Loire. L'Union a noué, ce jeudi 14 avril, un partenariat avec l'association Médecin Organisation Travail Santé (MOTS), une structure de prévention spécialisée dans la prise en charge de l'épuisement professionnel.

« D'après une enquête menée en 2012, 20 % des libéraux sont en souffrance au travail dans notre région, dont 45 % en grande difficulté. Aider nos confrères est une priorité. C'est une première pour une URPS », explique le Dr Martine Darchy-Gilliard, coresponsable du partenariat à l'URPS. En cause de ce mal-être, il y a principalement une surcharge de travail et un manque de reconnaissance de la profession.

Le Dr M. Darchy-Gilliard et sa consœur le Dr Parvine Bardon se sont lancées dans un travail de recherche courant 2015 afin de mettre sur pied une structure dédiée à la souffrance des médecins au travail. En chemin, elles rencontrent les membres de l'association MOTS basée à Toulouse depuis 2010. « Leur modèle correspondait à nos attentes. Elle propose une prise en charge individuelle et surtout confidentielle du praticien », poursuit-elle.

500 demandes en 6 ans

Le médecin en difficulté : installation, problèmes administratifs et financiers, exercice professionnel, conflit personnel ou professionnel, addiction… peut joindre 24 heures/24 l'antenne de MOTS au 0 608 282 589 (appel non-surtaxé). Elle se charge d'orienter le médecin demandeur vers un médecin du travail de la région. Ils élaborent ensuite un plan selon les besoins du praticien. « Il peut être orienté vers un psychiatre, un comptable, une aide juridique, une hospitalisation etc. », indique le Dr Darchy-Gilliard.

Depuis son ouverture à Toulouse, près 500 demandes d'aide ont été recensées par l'association. « La demande d'aide est difficile, en raison du sentiment de culpabilité, de la pudeur ou du déni, facteurs qui par ailleurs renforcent l'épuisement », explique l'association MOTS. Les principaux motifs d'appels sont le plus souvent lors de « choc émotionnel, d'un problème administratif, d'un événement indésirable ou d'une erreur médicale », précise l'association, ajoutant que les professionnels de santé sont essentiellement à la recherche d'écoute et de soutien psychologique dans 84 % des cas.

L'URPS Centre Val-de-Loire soutiendra par ailleurs à hauteur de 5 000 euros par an les actions de MOTS. Parmi celles-ci, des séminaires programmés par un médecin du travail et un psychiatre sur le bien être au travail. Des actions d'information et de prévention collective vont également être organisées auprès des libéraux.

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add

Décès de Naomi Musenga : « une dizaine d'affaires » comparables, selon Buzyn

BUZYN inter

La ministre de la Santé Agnès Buzyn a « aujourd'hui connaissance d'une dizaine d'affaires » comparables à celle de Naomi Musenga, décédée... 4

Menacé de radiation, jugé en appel par l'Ordre, le Pr Henri Joyeux se défend d'être anti-vaccin

JOYEUX

C'est tout sourire que le Pr Henri Joyeux s'est présenté ce 24 mai au siège national de l'Ordre des médecins, dans le 17e arrondissement de... 7

Pr Pierre Amarenco, neurologue* : « Après un AIT, éviter un AVC est un combat pour le reste de sa vie »

amarenco

Une étude internationale publiée le 16 mai dans « The New England Journal of Medicine » montre qu'après un accident ischémique transitoire... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter