Le microbiote intestinal contribue à la détermination de la taille à l’âge adulte

Le microbiote intestinal contribue à la détermination de la taille à l’âge adulte

04.04.2016

Selon des travaux expérimentaux, le microbiote intestinal est nécessaire à une croissance postnatale optimale et il contribue à la détermination de la taille à l’âge adulte. Un effet qui passe par le contrôle de l’Insulin-like Growth Factor-1 (IGF-1). 

  • Le microbiote intestinal contribue à la détermination de la taille à l’âge adulte-1

Les chercheurs de l’Institut de génomique fonctionnelle de Lyon (CNRS/ENS Lyon/université Claude-Bernard-Lyon-1), du laboratoire CarMeN (INSERM/INRA/université Claude-Bernard-Lyon-1/INSA Lyon) et de l’unité BF2I (INRA/INSA Lyon) ont comparé, en conditions nutritionnelles normales et en sous-nutrition, le développement de souris standard et de souris axéniques, dépourvues de microbiote intestinal. Quelles que soient les conditions nutritionnelles, ces dernières prennent moins de poids et présentent une moindre longueur et épaisseur osseuses, sans modification de la densité minérale osseuse. L’impact du microbiote intestinal sur la croissance découle d’un effet sur la production et l’activité de l’Insulin-like Growth Factor-1 (IGF-1), dont les taux sont plus bas chez les souris axéniques, ce qui se traduit par un ralentissement de la croissance chez ces animaux.
Les travaux expérimentaux ont ensuite évalué les bénéfices potentiels d’une souche bactérienne (Lactobacillus plantarum), qui avait déjà démontré sa capacité à favoriser la croissance postnatale sur un modèle de drosophile soumis à une dénutrition chronique. Les résultats de ces travaux ont permis de montrer que les souris mono-colonisées par cette souche produisent plus d’IGF-1, prennent plus de poids et grandissent plus que les souris axéniques ou mono-colonisées par d’autres souches, et ce en conditions normales comme en situation de sous-nutrition.
Ces données expérimentales ouvrent ainsi de nouvelles pistes de recherche pour lutter contre la dénutrition chronique, qui affecte encore aujourd’hui plus de 150 millions d’enfants de moins de 5 ans dans le monde.
 
Dr Isabelle Hoppenot
Référence
Schwarzer et al. Lactobacillus plantarum strain maintains growth of infant mice during chronic undernutrition. Science 2016 ; 351 : 854-7.

Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

« L'humanité ne peut s'arrêter aux frontières de la France ! » : le Pr Pitti explique pourquoi il renonce à ses insignes d'officier de la légion d'honneur

Pr Raphaël Pitti

Le Pr Raphaël Pitti, chef du service de réanimation à la polyclinique de Gentilly (Nancy) et médecin humanitaire, a été promu au rang... 17

L'athérosclérose présente chez la moitié des 40-54 ans sans facteur de risque cardiovasculaire… Faut-il s'en soucier ?

athérosclérose

Une tension basse, une glycémie faible et un taux de cholestérol dans la norme suffisent-ils à garantir des artères saines ? Une étude... Commenter

Comment les territoires innovent sous la pressionDes villes moyennes font reculer les déserts

Abonné

Frappées de plein fouet par le manque de médecins, notamment généralistes, de nombreuses municipalités  sortent des sentiers battus pour... 2

l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter