Débats autour du rôle carcinogène du diesel

Débats autour du rôle carcinogène du diesel

Damien Coulomb
| 18.03.2016
  • diesel

La polémique enfle suite aux propos tenus par le Pr Michel Aubier, membre du service de pneumologie-allergologie de l'Hôpital Bichat, lors de l'émission « Allô Docteur ». Il y affirmait que le caractère cancérigène de la pollution atmosphérique était possible mais qu'il n'a été démontré que « lors d'expositions assez fortes » correspondant à des expositions professionnelles. « En ce qui concerne les expositions “naturelles”, c’est beaucoup plus discuté, il semble que ce soit en tout cas un facteur favorisant chez les sujets qui ont déjà des prédispositions à développer les cancers, c’est-à-dire les fumeurs », poursuivait-il.

Ces propos ont soulevé l'indignation de plusieurs associations, et notamment des médecins de l'Association santé environnement France (Asef). Par ailleurs, les journaux « Libération » et « le Canard enchaîné » ont dénoncé les liens d'intérêt entre le Pr Aubier et la société Total.

Dernier développement en date : le Pr Michel Aubier, a été auditionné jeudi par la commission d’enquête du Sénat sur le coût économique et financier de la pollution de l’air. Le Pr Aubier, par ailleurs membre de l'Académie nationale de médecine, a dû expliquer à huis clos la raison pour laquelle il n'avait pas signalé ses liens d'intérêt avec la société Total, lors d'une précédente audition de cette même commission.

Contacté par « le Quotidien du Médecin », le Pr Aubier a préféré ne pas s'exprimer sur le sujet, estimant que « les arguments scientifiques sont actuellement totalement inaudibles ; le débat est surtout idéologique ».

Des études à prendre avec précaution

Lors d'une communication à l'Académie de médecine en 2012, le pneumologue avait rappelé que « si certains effets délétères pour la santé humaine comme la potentialisation des allergies respiratoires, sont indéniables, de nombreuses interrogations demeurent pour d'autres tels l'impact sur la mortalité, le cancer du poumon ou les accidents cardiovasculaires ».

Le Pr Aubier avait soulevé l'absence de biomarqueur fiable de l'exposition aux particules. Les niveaux d'exposition des études épidémiologiques ont été, selon lui, principalement évalués sur la base de la proximité des populations avec des zones à fort trafic routier. « Si l'on étudie les quelque 6 000 publications consacrées à ce sujet, il ressort un faible risque relatif de cancer du poumon, de l'ordre de 1,2, chez les populations ayant une exposition professionnelle comme les garagistes ou les conducteurs de camion », poursuit-il.

Il y cite également une étude parue dans « Journal of Exposure Science and Environmental Epidemiology », qui montre, dans 27 villes américaines, une augmentation de la mortalité toutes causes de 1,25 % dans les jours qui suivent chaque augmentation de 10 µg/m3 du niveau de particule de taille inférieur ou égale à 2,5 microns (PM2,5). Des études qui doivent « être interprétées avec prudence », car « il s'agit d'une mortalité prématurée de quelques mois à une ou deux années concernant les sujets fragiles, c’est-à-dire essentiellement les personnes âgées souffrant d'une maladie respiratoire ou cardiovasculaire chronique ».

Cet avis va à l'encontre de celui des experts du Centre international de recherche sur le cancer (CIRC/IARC) qui a classé, en juin 2012, les gaz émis par les moteurs Diesel dans le groupe 1 des produits cancérogènes pour l’homme.

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 9 Commentaires
 
P.E Médecin ou Interne 22.03.2016 à 16h58

C'est bien connu des physiologistes : le meilleur filtre pour les particules diesel c'est le poumon . C'est d'ailleurs confirmé par les chercheurs de l'INRA sur les chiens des villes respirant au Lire la suite

Répondre
 
Dr Petitjean Médecin ou Interne 19.03.2016 à 21h50

«  "Mentir sous serment", il est quand même gonflé ce pneumologue ! »

Répondre
 
Blanc Médecin ou Interne 19.03.2016 à 13h07

« Le Parisien est plus précis en p 11 ce jour:"le sénat envisagerait d engager des poursuites, car le pneumologue aurait menti sous serment.Entendu le 15042015 par la commission d enquête du sénat, il Lire la suite

Répondre
 
YVES R Médecin ou Interne 19.03.2016 à 08h29

« Les seules statistiques auxquelles je crois sont celles que j'ai moi même trafiquées (W. Churchill) »

Répondre
 
Hervé M Médecin ou Interne 18.03.2016 à 20h11

«  Comment ça "débat autour"... Ca ne s'appelle pas tourner autour du pot ça?...D 'échappement of course! Quels malicieux ces journalistes!

Et débat "sur" hmm? Faut pas dire que les grosses partic Lire la suite

Répondre
 
Lilith Médecin ou Interne 18.03.2016 à 22h27

« Et l'essence alors? C'est mieux? »

Répondre
 
Anne-Claire M Médecin ou Interne 19.03.2016 à 02h57

« Peut-être, faut voir. »

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

« L'humanité ne peut s'arrêter aux frontières de la France ! » : le Pr Pitti explique pourquoi il renonce à ses insignes d'officier de la légion d'honneur

Pr Raphaël Pitti

Le Pr Raphaël Pitti, médecin humanitaire, a été promu au rang d'officier de la légion d'honneur le 14 juillet dernier. Aujourd'hui, il... 21

L'athérosclérose présente chez la moitié des 40-54 ans sans facteur de risque cardiovasculaire… Faut-il s'en soucier ?

athérosclérose

Une tension basse, une glycémie faible et un taux de cholestérol dans la norme suffisent-ils à garantir des artères saines ? Une étude... Commenter

Comment des villes moyennes font reculer les déserts

Abonné
Villes moyennes

Frappées de plein fouet par le manque de médecins, notamment généralistes, de nombreuses municipalités  sortent des sentiers battus pour... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter