Le mariage est arrangé à l'horizon 2018 - Vers une méga université parisienne

Le mariage est arrangé à l'horizon 2018Vers une méga université parisienne

22.02.2016
Mai 68 : la loi Faure procède à l’éclatement de l’université de Paris en treize établissements. 50 ans plus tard, Paris Sorbonne (Paris IV) et Pierre-et-Marie-Curie (Paris VI) devraient se retrouver et former une université unique. Il est bien question d’union et non de fusion. Attention. Sujet sensible.
Jean Chambaz président de l’UPMC et Barthélémy Jobert, président de Paris-Sorbonne en ont bien conscience et rappellent que « ce projet ne consiste pas en la disparition des parties en un tout, mais au maintien des parties dans un nouvel ensemble ». L’objectif est aussi simple que le pari est ambitieux : faire de ce nouvel ensemble une université de recherche de rang mondial, plus présente à l’international.

Le pari est ambitieux et les sceptiques nombreux : 54 000 étudiants, 5 600 enseignants-chercheurs et chercheurs, 4 200 personnels administratifs. C’est cette « course au gigantisme, au détriment de la proximité et de la réussite étudiante » que dénonce William Martinet président de l’UNEF, le principal syndicat étudiant qui demande purement et simplement le retrait immédiat du projet.

La partie est donc loin d’être gagnée. Un vote doit avoir lieu auprès des deux conseils des universités concernées. Leurs présidents arriveront-ils à convaincre leurs pairs ?

Objectifs transversalité et pluridisciplinarité

Leurs arguments : créer un nouvel établissement pluridisciplinaire qui pourra accueillir les étudiants aussi bien en médecine et en sciences (l’UPMC aujourd’hui) qu’en lettres, langues, civilisations, arts, sciences humaines et sociales (Paris-Sorbonne). Trois facultés « internes » seront mises en place : une de sciences et d’ingénierie, une de médecine et une de lettres et sciences humaines et sociales. Des formations communes y seront proposées, comme des doubles cursus « sciences et philosophie », « sciences et linguistique ». Les défenseurs du projet assurent que cette fusion, pardon, ce rapprochement, permettra d’aller encore plus loin dans la constitution de formations transversales et pluridisciplinaires et d’intégrer le sérail des grandes universités internationales.

Le nom qui sera donné à cette réunification n’est pas encore arrêté, mais il y a de fortes chances pour que l’illustre et mondialement reconnue « Sorbonne » y figure. Les dents n’ont pas fini de grincer…
M.R.P.
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Lévothyrox : l'ANSM s'interroge sur l'apport des réseaux sociaux sur la pharmacovigilance

ansm levothyrox

En plus des spécialités de lévothyroxine déjà présentes, une prochaine pourrait arriver début 2018. « Une évaluation de demande d’AMM pour... 9

Un exosquelette permet à un jeune chirurgien italien paraplégique d'opérer ses patients

Marco Dolfin

Chirurgien orthopédiste en milieu hospitalier à Turin, Marco Dolfin est devenu paraplégique à la suite d'un accident de la route. Après un... 4

Au carrefour de l'hôpital et des soins de villeSous-utilisée mais prometteuse, l'HAD trace sa route

Abonné
had

Lors des universités d'hiver de l'hospitalisation à domicile, organisées par la FNEHAD, la ministre de la Santé a insisté sur la nécessité... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter