À Secours Expo 2016, les secours d'urgence à l'affût du « surattentat »

À Secours Expo 2016, les secours d'urgence à l'affût du « surattentat »

Damien Coulomb
| 05.02.2016

À l'occasion de la conférence inaugurale du salon « Secours Expo » dédié aux matériels et techniques des spécialistes du secours, des soins d’urgence et de la prévention (du 4 au 6 février), les acteurs des services de secours ont tiré les leçons des attaques du 13 novembre et tenté d'esquisser la forme que pourraient prendre les prochains actes terroristes en France.

De la même manière que les attentats de Bombay (novembre 2008) et de Nairobi (septembre 2013) préfiguraient les assauts du 13 novembre dernier, le scénario de l'attaque djihadiste de Ouagadougou pourrait donner un aperçu de ce qui pourrait se produire sur le territoire français : une attaque combinant l'utilisation d'explosifs, d'armes de guerre, avec des équipes supplémentaires chargées de tirer sur les secours à leur arrivée. « Ça nous pend au nez », affirme le général Philippe Boutinaud, commandant de la brigade des sapeurs pompiers de Paris (BSPP).

Organisation en zones concentriques

Ce type d'attaque en plusieurs temps est déjà anticipé par la directive signée le 16 novembre dernier par le préfet de police de Paris qui encadre l'intervention en cas d'événement grave dans Paris et la petite couronne nécessitant la coordination des pompiers, de la police et du SAMU. Cette directive oblige à installer trois zones concentriques autour d'un événement : une zone d'exclusion totale réservée aux brigades d'intervention (BRI, RAID ou GIGN), une zone contrôle qui sert de sas d'extraction des victimes une fois qu'elles ont été contrôlées par la police et une zone de soutien sécurisée où sont disposés les moyens de secours et les postes de commandement.

« Le risque de surattentats doit être notre obsession, martèle le Pr Denis Safran, médecin chef de la BRI, la zone rouge ne doit pas être déclassée tant que le déminage n'est pas passé et que le doute n'est pas levé en ce qui concerne le risque NBC (nucléaire bactériologique chimique). »

Pour faire face aux futures menaces, les intervenants s'accordent sur une refonte des télécommunications : « Il y avait beaucoup d'encombrement sur les fréquences de polices, trop peu de canaux dédiés, explique le Pr Safran, il faut aussi faire un maximum d'exercices pour acquérir un langage commun. » De plus, les fréquences de la police et des services de secours d'urgence ne sont pas les mêmes.

Le baptême du feu de SINUS

Les attentats du 13 novembre ont également constitué le premier baptême à grande échelle du système informatique SINUS, mis en place en 2006 par la préfecture de Paris pour permettre aux différents métiers de constituer des listes communes de victimes. Chaque patient reçoit un bracelet imprimé sur les lieux de l'événement, scanné à chaque étape de la prise en charge. Le serveur SINUS rassemble ainsi les noms, coordonnés, et statut des victimes : urgence absolue, urgence relative, décédés ou impliqué.

S'il a globalement bien fonctionné, SINUS n'a pas pu être déclenché sur tous les sites de l'attaque et la communication des informations aux familles ne s'est pas correctement déroulée. « Les retours d'expérience ont identifié deux blocages, explique Jean-Marc Westrich, ingénieur au secrétariat de la zone de défense et de sécurité de la préfecture de police de Paris, en premier la police judiciaire ne peut pas confirmer un décès tant qu'il n'y a pas eu d'identification médicolégale ou une reconnaissance par les proches. Ensuite, notre centre d'information du public, qui n'a que 16 lignes téléphoniques, a reçu 90  000 appels en 48 heures. Il faudrait que l'on ait les moyens de le faire monter en charge temporairement lors de ce genre d'événement. »

La version 3 de SINUS est en cours de déploiement, elle intègre une nouvelle numérotation qui donnera des notions de départements et de région et sera aussi adaptée aux tablettes et aux téléphones mobiles.

Un retour d'expérience complet sur les attentats du 13 novembre a été publié le 21 janvier dernier dans les « Annales françaises de médecine d'urgence ».

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
internes

48 heures par semaine maximum ? 50 % des internes de médecine générale dépassent le temps de travail réglementaire

Surcharge de travail, pression des médecins seniors : un interne en médecine générale sur deux (en première, deuxième ou troisième année), dépasse le temps de travail hebdomadaire réglementaire, révèle une enquête* d'envergure de... 12

Le nombre de cas de rougeole a bondi de 50 % en 2018, selon l'OMS

rougeole

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) alerte sur un bond d'environ 50 % des cas signalés de rougeole en 2018 par rapport à 2017. À la... 8

Dépistage organisé du cancer du sein : de bonnes performances malgré une légère baisse de la participation

depistage cancer sein

Malgré un taux de participation en légère baisse, les indicateurs de performance du dépistage organisé du cancer du sein « attestent de la... 4

Téléconsultation : des syndicats et l'Ordre s'inquiètent de « dérives commerciales »

teleconsult

Cinq mois jour pour jour après la généralisation de la téléconsultation, MG France s'alarme ce vendredi de « dérives commerciales » non... 4

Après un ressenti négatif en consultation, 60 % des patients ont déjà cherché un nouveau médecin

experience negative

Près d'un patient sur deux estime que leur médecin n'est pas assez attentif en consultation, selon une étude en ligne* réalisée auprès d'un... 10

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter