MSF : les antibiotiques à retirer dans le traitement standard de la malnutrition de l'enfant

MSF : les antibiotiques à retirer dans le traitement standard de la malnutrition de l'enfant

Dr Irène Drogou
| 04.02.2016

L'administration systématique d'antibiotiques dans la prise en charge de la malnutrition aiguë semble n'avoir qu'un impact limité sur la guérison des enfants, selon Médecins sans frontières (MSF).

Ces résultats remettent en question le traitement des enfants malnutris promu depuis 2007 par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et des Nations unies. Dans cette prise en charge à domicile, sont recommandés les aliments thérapeutiques prêts à l'emploi mais également les antibiotiques à large spectre, sur le modèle de la prise en charge hospitalière qui avait cours auparavant chez tous les enfants malnutris. 

Prise en charge communautaire

Dans une étude randomisée publiée dans le « New England Journal of Medicine », des épidémiologistes d'Épicentre, la branche de l'ONG dédiée à la recherche, montrent chez près de 2 400 enfants malnutris au Niger (Madarounfa) que la prise d'amoxicilline pendant 7 jours ne modifiait pas le taux de guérison. Chez ces enfants sans complications âgés de 6 à 59 mois, la récupération nutritionnelle avait été observée chez 65,9 % des enfants du groupe amoxicilline et chez 62,7 % de ceux du groupe placebo.

Des enfants sans complications

Jusqu'à présent seul un essai randomisé avait examiné l'utilisation communautaire d'antibiotiques dans la malnutrition aiguë. Cette grande étude menée au Malawi en 2013 concluait à l'utilité du traitement antibiotique. Cependant, les enfants inclus étaient à haut risque de complications, avec une forte prévalence d'infection VIH et de kwashiorkor, ce type de malnutrition avec déficit protéinique. Les résultats sont donc plus délicats à appliquer à la population générale.

La consommation abusive des antibiotiques entraîne l'émergence de résistances. Selon l'étude d'Épicentre (MSF), l'utilisation systématique d'antibiotiques dans la malnutrition aiguë représente 15 % de la consommation globale de ces médicaments chez les enfants de moins de cinq ans. Pour Rebecca Grais, directrice de recherche à Épicentre et auteur senior de l'étude : « Cette étude révèle que, dans certains environnements, nous pouvons retirer les antibiotiques du traitement standard et ce sans compromettre pour autant les chances de guérison de l'enfant. De fait, dans les régions où les capacités de prise en charge médicale sont adéquates, les autorités sanitaires peuvent envisager d'arrêter l'administration systématique d'antibiotiques dans le cadre du traitement de la malnutrition. » 

Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

HTA : les 10 axes et les 60 propositions de la SFHTA

hta

L'HTA est banalisée en France et trop souvent perçue comme un simple facteur de risque cardio-vasculaire, s'inquiète la Société française... 4

Migrants : le Défenseur des droits s'alarme d'une défaillance des droits fondamentaux

ddd

Le monde associatif saisit le défenseur des droits (DDD), Jacques Toubon, ce 18 décembre, journée internationale des migrants, avec... 1

Un quart des ophtalmologistes refusent les nouveaux patients, selon un sondage

Les Français attendent en moyenne 87 jours pour obtenir un rendez-vous chez l'ophtalmologiste, constate une étude nationale* réalisée par... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter