Virus Zika : premières mesures françaises suite aux suspicions de transmission sexuelle

Virus Zika : premières mesures françaises suite aux suspicions de transmission sexuelle

Damien Coulomb
| 03.02.2016
  • ZIKA

    Virus Zika : premières mesures françaises suite aux suspicions de transmission sexuelle

À l'occasion d'un point presse organisé ce mercredi 3 février, la ministre des Affaires sociales et de la Santé, Marisol Touraine, a dévoilé les premières mesures face à la possibilité de transmission sexuelle du virus.

Cette hypothèse, déjà évoquée, a gagné en crédibilité suite à l'annonce par les services de santé du comté de Dallas (DCHHS) d'un cas de transmission possible par contact sexuel du virus Zika. Les autorités britanniques et irlandaises ont d'ores et déjà préconisé le port du préservatif pour le partenaire masculin d'une femme enceinte, ou ayant un projet de grossesse, lorsqu'il a été exposé au virus.

« J'ai saisi d'urgence, ce matin, le Haut Conseil de santé publique (HCSP) pour qu'il me confirme ces recommandations pour la France », explique la ministre. Un avis du conseil national professionnel de gynécologie obstétrique publié hier recommande également « le port du préservatif pour les femmes enceintes ou en âge de procréer en zone d'endémie, ou dont le compagnon est suspect d'être infecté ».

L'Agence de la biomédecine a demandé aux établissements de santé des départements concernés de différer les dons de gamètes et les assistances médicales à la procréation (AMP). Elle recommande également que l'on diffère sur une période de 28 jours le don de gamète et les AMP aux personnes de retour en métropole suite à un séjour dans les Antilles françaises ou en Amérique du Sud.

 

50 volontaires prêts au départ

 

La ministre a également détaillé les mesures de prévention actuellement en application dans les départements d'outre mer. Outre l'intensification de la lutte contre le vecteur déjà menée depuis l'arrivée des virus de la dengue et du chikungunya dans la région, l'établissement de préparation et de réponse aux urgences sanitaires (EPRUS) a également été mobilisé : 4 de ses membres sont en Martinique et à Cayenne depuis le 29 janvier, afin d'évaluer les besoins supplémentaires des hôpitaux. Une cinquantaine d'autres réservistes sont prêts à partir, afin de constituer des unités de 4 lits de réanimation pour accueillir les formes neurologiques de l'infection par le virus Zika.

Par ailleurs, 6 respirateurs supplémentaires seront bientôt livrés au CHU de la Martinique, à Fort-de-France, et 2 autres au centre hospitalier de Cayenne pour faire face à une éventuelle augmentation des admissions en réanimation.

L'établissement français du sang met pour sa part en place une procédure pour que les femmes enceintes ne reçoivent pas de sang d'une personne provenant ou ayant séjournée de cette région.

 

Plus de 2 500 cas évocateurs

 

Depuis le 19 décembre, l'épidémie s'est bien installée en Martinique (2 287 cas évocateurs) et en Guyane (245 cas évocateurs) dont près d'une centaine a fait l'objet d'une confirmation biologique. Ces deux départements ont franchi le seuil épidémique.

Un total de 20 femmes enceintes ont été détectées positives au virus Zika dans ces 2 départements et font l'objet d'une surveillance renforcée : une échographie mensuelle orientée sur des signes neurologiques conformément aux dernières recommandations du HCSP.

On dénombre également 10 cas autochtones en Guadeloupe, 1 autre à Saint-Martin sans oublier les 9 cas importés en métropole dont un présente une forme neurologique de l'infection.

Afin d'améliorer le recours aux tests biologiques, un kit de test RTPCR à coût réduit RealStar, produit par la société Altona sera bientôt disponible, suite à son récent marquage CE.


 

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 9 Commentaires
 
PATRICIA E Médecin ou Interne 06.02.2016 à 18h06

« Info ou intox ???? »

Répondre
 
Frederic S Médecin ou Interne 04.02.2016 à 21h33

« Le moustique est tranquille pour un moment.
Ce devrait être un geste citoyen de ne pas jeter les pneus, bouteilles vides etc... n'importe où et surtout dans les coins peu accessible. Faire en sorte Lire la suite

Répondre
 
PHILIPPE K Médecin ou Interne 04.02.2016 à 18h38

En matière de santé, ne vaut-il pas mieux d'entendre des médecins plutôt qu'un ministre ?
La parole publique n'appartient pas aux hommes politiques. Elle appartient plutôt à ceux qui tentent de Lire la suite

Répondre
 
AILEGER Médecin ou Interne 04.02.2016 à 12h27

La nuit , si le moustique pique Madame, pourquoi ne piquerait-il pas Monsieur qui dort à coté ?? Est-ce forcément une MST ?
Difficile à prouver.

Répondre
 
bien être Kinésithérapeute 04.02.2016 à 09h46

A Giens dans le var une quantité de moutisques tigre. La municipalité ne veux pas démoustiquer sous prétexte que ce n'est pas écologique qu'attendent-ils pour pulveriser surtout au bout de la Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

AMP : le CCNE se prononce en faveur d'une ouverture à toutes les femmes

ccne

Il était très attendu depuis plusieurs années, et l'attente devenait encore plus pressante depuis l'engagement du président Emmanuel Macron... Commenter

Un généraliste jugé par l'Ordre pour des propos discriminatoires et eugénistes contre les handicapés

Hippocrate

Jugé samedi 24 juin par la chambre disciplinaire de l'Ordre des médecins de Basse-Normandie, un généraliste de Cherbourg risque la... 1

Pour le CNGE, « l’obligation vaccinale est une réponse simpliste et inadaptée »

À la suite de la possibilité envisagée par la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, d’étendre temporaire l’obligation vaccinale à tous les vacc... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter