Phimosis, adhérences préputiales - L’abstention thérapeutique est le plus souvent de mise

Phimosis, adhérences préputialesL’abstention thérapeutique est le plus souvent de mise

01.02.2016

Le phimosis est le plus souvent physiologique et ne nécessite aucun geste, à commencer par le décalottage. Dans certains cas, un traitement médical ou chirurgical est proposé. De la même façon, les adhérences préputiales ne requiert en général aucun geste particulier. Les précisions du Pr Alaa El Ghoneimi.

  • Le phimosis est physiologique dans la petite enfance

    L’abstention thérapeutique est le plus souvent de mise

Le phimosis se définit comme le rétrécissement du prépuce avec impossibilité de décalottage.

Physiologique le plus souvent

Dans la très grande majorité des cas, il est physiologique, surtout dans la petite enfance, chez le nouveau-né et le nourrisson. Le dogme ancien qui préconisait « de décalotter pour bien nettoyer le prépuce » n’est plus du tout à l’ordre du jour, « car le décalottage est susceptible de créer des adhérences cicatricielles, fibreuses », note le Pr Alaa El Ghoneimi.

Ainsi, le phimosis est-il considéré comme physiologique dans la petite enfance, quel que soit l’âge, si le garçon peut uriner avec un jet urinaire, et qu’il ne présente pas d’infection locale au niveau du gland (balanite). Avec la croissance et l’apparition des érections matinales, le décalottage se fera de façon spontanée et progressive.

Dans une minorité de cas, le phimosis est pathologique du fait de la présence de symptômes ou d’une gêne à la miction :

- balanites ou posthites (infection du prépuce) à répétition, qui se traduisent par une rougeur accompagnée dans certains cas de sécrétions purulentes ;

- miction préputiale : l’enfant urine à l’intérieur du prépuce ; celui-ci se ballonise, et les urines sortent au goutte à goutte en fin de miction.

« Dans ces deux situations, il est justifié de proposer un traitement », poursuit le Pr El Ghoneimi.

Corticoïdes locaux

Le traitement peut être médical, fondé sur l’application de corticoïdes (bétaméthasone) sur une peau indemne d’infection, propre et sèche, après le bain, suivie de tractions ; ce traitement est poursuivi pendant un mois. Il faut bien préciser aux parents de mettre des gants afin d’éviter la pénétration du produit. Ce traitement est efficace dans 80 % des cas ; il est contre-indiqué s’il est source de conflits entre les parents et l’enfant.

Plastie ou circoncision

Le traitement peut être chirurgical, avec alors deux options : un traitement conservateur avec une plastie du prépuce (élargissement de l’anneau préputial sous anesthésie générale) ou une exérèse du prépuce (circoncision ou posthectomie), qui est elle aussi réalisée sous anesthésie générale.

Chez les enfants qui ont un phimosis associé à une pathologie urologique, telle qu’une uropathie obstructive ou un reflux vésico-urétral sévère avec des complications infectieuses, une circoncision est indiquée afin de supprimer la colonisation et faciliter le prélèvement de l’urine en cas de besoin.

Le traitement chirurgical est également indiqué dans deux autres situations. : le paraphimosis et le phimosis sclérosant.

La survenue d’un paraphimosis, qui est une impossibilité de recalottage après un décalottage forcé, impose une réduction en urgence, sous calmant, MEOPA voire anesthésie générale dans certains cas, avant de programmer une circoncision.

Le phimosis sclérosant est une situation très rare qui concerne l’enfant plus âgé ; il est caractérisé par des infections locales multiples et la présence d’une sclérose. Le seul traitement est chirurgical.

Adhérences : laisser l’enfant tranquille !

« De même, les adhérences préputiales ne doivent pas être libérées de façon systématique », insiste le Pr El Ghoneimi. Il s’agit de fines membranes adhérentes entre la muqueuse préputiale et la muqueuse glandulaire. « Elles sont physiologiques à la naissance, et si l’on force, cela peut créer des cicatrices au niveau du gland. La conduite actuelle est donc de laisser l’enfant tranquille. La présence de sébum dans le prépuce est tout à fait naturelle ».

À l’adolescence, si l’anneau préputial est plus petit que le gland, le garçon présente des douleurs à l’érection. Cette situation relève alors d’un traitement chirurgical.

D’après un entretien avec le Pr Alaa El Ghoneimi, urologue pédiatrie, chef du service de chirurgie viscérale et urologie pédiatriques, hôpital universitaire Robert-Debré (Paris)
Dr Isabelle Hoppenot
Source : Le Quotidien du Médecin n°9467

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Dans la Manche, un maire fait face au désarroi des habitants privés de généralistes

manche

« Nous sommes dans une situation plus que tendue ». Jean-Pierre Lhonneur, maire de Carentan-les-Marais (Manche) depuis 2008, est quelque peu... 11

Poses de prothèses en chirurgie ambulatoire : l'AP-HP marque des points

hanche prothese

L'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) annonce la réalisation de deux poses de prothèse (totale de hanche et unicompartimentale... 8

Éléments en faveur d'une maladie de Lyme chronique, d'après des travaux chez le singe

lyme

Alors qu'en France un protocole de diagnostic et de soins est en cours de rédaction à la Haute Autorité de santé (HAS), les controverses... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter