Le fiasco des ECNi tourné en dérision dans un remake de « la Chute »

Le fiasco des ECNi tourné en dérision dans un remake de « la Chute »

12.12.2015
  • Promo Crash test
Deux jours de bugs, de déconnexions et de plantages. Le premier test grandeur nature des épreuves classantes nationales informatisées (ECNi) sur tablettes tactiles, a tourné au désastre lundi 7 et mardi 8 décembre. Près de 8 300 étudiants en sixième année de médecine ont connu les pires déboires avant l’annulation des examens blancs.

Dès les premiers plantages, les étudiants ont été nombreux à commenter ce fiasco, souvent avec humour, malgré leur exaspération. « C’était un moyen de se défouler après l’annulation des épreuves, confie “au Quotidien” un candidat d’une fac parisienne. On s’attendait à ce qu’il y ait quelques bugs, mais certainement pas à ce qu’on nous dise de rentrer à la maison 20 minutes après le début de l’épreuve, sans certitude que ça fonctionne le lendemain ! »

Avec quelques camarades, Hugo (*) a détourné un célèbre passage du film « la Chute » dans lequel Hitler passe ses nerfs sur ses généraux alors que l’armée allemande est en pleine déroute. La cible de cette parodie piquante ? Le staff du CNG (Centre national de gestion), organisateur des ECNi. Les étudiants renouent ainsi avec l’un des mèmes les plus célèbres d’Internet, qui consiste à ajouter des sous-titres délirants à cette scène devenue culte.

« Debriefing au CNG »




« On a fait ce montage mardi matin, en 2 heures, explique Hugo. Bien sûr, il ne faut pas y voir une comparaison avec le nazisme ou avec Hitler. On a fait que reprendre une blague très célèbre sur Internet qui avait déjà été exploitée par des étudiants en médecine il y a quelques années. » En 2011, des épreuves avaient été annulées, suscitant déjà le sarcasme des candidats (voir la vidéo ci dessous).

Si les carabins s’amusent de la situation, ils n’en sont pas moins inquiets sur l’organisation des épreuves finales, au mois de juin. « Cela fait plusieurs années qu’on nous dit que ça va être formidable. Et le jour J, rien ne marche. Ça nous a exaspéré et on est inquiet pour la suite, confie Hugo. On est en colère. »

Très remontée, l’ANEMF (Association nationale des étudiants en médecine de France) a pointé du doigt le manque de moyens humain et financier pour organiser ces ECNi. Dans de nombreuses facultés, les étudiants ont manifesté leur colère en publiant des photos « Promo crash test ». Une manière de reprocher à l’administration de les avoir transformés en cobayes à leur insu.

(*) Son prénom a été changé pour respecter son anonymat.


« Debriefing au CNG », version 2011

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add

L'heure du coucher, un marqueur de bonne santé cardiovasculaire

coucher

Le travail à des horaires atypiques, travail de nuit ou travail posté, est associé à des risques avérés pour la santé, notamment... Commenter

Violences obstétricales : les recos de l'Académie face aux « pratiques humainement défaillantes »

violence obstetricale

Améliorer la formation des soignants quant à l'autonomie des femmes enceintes ou optimiser la prise en charge de la douleur en obstétrique…... 1

Des cellules souches osseuses découvertes chez l'homme

Os obtenu à partir de cellules souches osseuses

Ils les avaient dénichées chez le rongeur en 2015. Michael Longaker et son équipe de l’université Stanford viennent de découvrir, chez... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter