Grâce au crowdfunding, un jeune Italien récolte 10 000 euros et peut achever ses études de médecine

Grâce au crowdfunding, un jeune Italien récolte 10 000 euros et peut achever ses études de médecine

10.12.2015

Marco Montagna risquait de devoir abandonner ses études de médecine. Une hypothèse inacceptable pour cet étudiant de vingt-trois ans, inscrit en cinquième année à Milan, qui souhaite se spécialiser dans la recherche sur l’immunothérapie contre la leucémie.

Pour financer sa dernière année d’études, Marco Montagna a décidé de s’inscrire sur la plate-forme spécialisée dans le financement participatif, Gofundme.com. En neuf jours à peine, le jeune Italien a reçu 9 790 euros, soit 790 euros de plus que la somme nécessaire.

Selon les nouveaux critères fiscaux, Marco Montagna n’est plus exonéré des taxes d’encadrement universitaire depuis l’entrée en vigueur du nouvel indice de calcul des revenus familiaux. Il ne peut également plus bénéficier à partir de 2016, de la bourse annuelle de 4 000 euros qui lui est accordée depuis cinq ans par l’International MD School, la prestigieuse université milanaise privée de médecine et chirurgie rattachée à l’hôpital San Raffaele.

18 000 euros de frais d’études

La situation financière est rapidement devenue critique pour cet étudiant. Ses parents ne pouvaient pas payer les études et les taxes universitaires qui s’élèvent chaque année à 18 000 euros. À ce montant exorbitant, le jeune Italien doit ajouter 4 000 euros par an pour le loyer de la chambre qu’il loue chez un particulier et ses autres frais. Sur sa page de présentation sur Gofundme.com, Marco Montagna explique qu’il travaille depuis son inscription à l’université à titre de photographe et créateur de vidéos free-lance. « Avec mes petits boulots et l’aide de mes parents, je dispose de 13 000 euros par an. Mais sans les aides universitaires et l’exonération des taxes, je devrais abandonner mes études », écrivait alors le jeune homme.

L’emprunt n’étant pas considéré comme une solution en Italie (trop cher et surtout, trop engageant sur le long terme), il restait la piste du financement participatif pour régler ce véritable casse-tête financier. Leur utilisation est peu commune en Italie dans le domaine de l’éducation. Elle pourrait se développer après la belle histoire de Marco Montagna.

De notre correspondante Ariel F. Dumont
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

2 700 signalements d'effets indésirables liés au DIU Mirena entre mai et août 2017

mirena

L'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a rendu publics les premiers résultats d'une enquête de... Commenter

Maladies Rares : Agnès Buzyn précise les contours du 3e plan promis pour 2018

buzyn maladies rares

La ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, a promis que le 3e Plan national Maladies rares sera finalisé d'ici la fin de... Commenter

Tarifs de radiologie : le Sénat enterre le spectre des décotes tarifaires autoritaires 

radiologues

Les syndicats de médecins libéraux, et notamment de radiologues, ont été entendus par le Sénat. Vendredi soir en séance publique, les élus... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter