Le Collège national des gynécologues et obstétriciens défend la pratique clinique du toucher vaginal

Le Collège national des gynécologues et obstétriciens défend la pratique clinique du toucher vaginal

08.12.2015

À la suite de la polémique concernant des touchers vaginaux et rectaux sans consentement sur des patientes sous anesthésie générale, qui a défrayé la chronique il y a quelques semaines, le Collège national des gynécologues et obstétriciens français (CNGOF) rappelle dans un communiqué les bonnes pratiques de cet examen clinique, notamment dans le cadre de l’apprentissage des futurs médecins.

Car c’est justement dans ce cadre que le bât blesse... L’origine de la polémique remonte en effet au printemps, lorsqu’un étudiant en médecine de l’université Lyon Sud sous-entendait dans un tweet que « plusieurs étudiants s’entraînaient à la chaîne sur une même patiente inconsciente ». En octobre dernier, Marisol Touraine qualifiait cette pratique pédagogique d’« inacceptable » et insistait sur l’intérêt de l’apprentissage par simulation.

Un geste également débattu aux États-Unis

La controverse sur l’intérêt du toucher vaginal a même été débattue outre-Atlantique, certains gynécologues américains qualifiant l’examen en routine d’inutile, voire de « contre-productif ».

Pour le CNGOF, l’intérêt médical de cet examen clinique est sans équivoque. « Son remplacement par des examens d’imagerie plus coûteux serait l’inverse d’un progrès. L’imagerie médicale ne donne pas les mêmes renseignements que l’examen clinique, souligne-t-elle. Elle ne peut venir qu’en complément de ce dernier lorsque c’est nécessaire. » Ainsi, l’instance appelle à continuer la pratique du toucher vaginal, « avec toute la compétence requise, en se donnant les moyens appropriés », à chaque fois que la situation le requiert et que, pour cela, la confiance reste indispensable.

Si elle considère que l’apprentissage de l’examen clinique et des touchers pelviens font partie de la formation de base du futur médecin, elle consent que « l’apprentissage doit se faire d’abord sur mannequin » et que chaque faculté doit disposer du matériel nécessaire.

Le CNGOF énonce les bonnes pratiques d’apprentissage

Lorsque cet apprentissage se déroule en situation « réelle », le collège distingue deux situations. Dans l’une, le toucher vaginal est nécessaire à la prise en charge médicale et l’étudiant, sous le contrôle de l’enseignant, contribue à cette prise en charge. Dans l’autre, le toucher vaginal, déjà réalisé une première fois par le praticien, est répété aux seules fins d’apprentissage de l’étudiant. Dans ce cadre, « il s’agit d’une pratique licite à partir du moment où elle est faite avec le consentement de la patiente et qu’elle n’est pas répétée de façon multipliée. Le caractère particulier de la consultation gynécologique nécessite de limiter le nombre d’étudiants qui accompagnent un enseignant ».

Dans le cas spécifique des patientes sous anesthésie générale, le CNGOF rappelle qu’« il ne doit pas y avoir d’apprentissage sans bénéfice clinique immédiat pour la patiente », sauf cas particulier, et exceptionnel, ayant fait l’objet d’un consentement « explicite » de la part de la patiente.

Clémentine Wallace
Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
evenement
Focus

Des blouses blanches entre doléances et revendications

Ils sont plus de 200 praticiens à avoir alimenté la consultation lancée fin janvier par « Le Quotidien ». Il ressort de celle-ci un profond sentiment d’inquiétude et souvent une incompréhension face aux réformes de ces dernières années. Avec une ligne de force : la profession veut avoir davantage voix au chapitre. Et les médecins sont prêts à prendre l’initiative. La preuve ? Ils font des... 1

Le nombre de cas de rougeole a bondi de 50 % en 2018, selon l'OMS

rougeole

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) alerte sur un bond d'environ 50 % des cas signalés de rougeole en 2018 par rapport à 2017. À la... 8

Dépistage organisé du cancer du sein : de bonnes performances malgré une légère baisse de la participation

depistage cancer sein

Malgré un taux de participation en légère baisse, les indicateurs de performance du dépistage organisé du cancer du sein « attestent de la... 6

Téléconsultation : des syndicats et l'Ordre s'inquiètent de « dérives commerciales »

teleconsult

Cinq mois jour pour jour après la généralisation de la téléconsultation, MG France s'alarme ce vendredi de « dérives commerciales » non... 5

48 heures par semaine maximum ? 50 % des internes de médecine générale dépassent le temps de travail réglementaire

internes

Surcharge de travail, pression des médecins seniors : un interne en médecine générale sur deux (en première, deuxième ou troisième année),... 14

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter