Le prix des anticancéreux varie de 1 à 5 dans les pays à haut revenus

Le prix des anticancéreux varie de 1 à 5 dans les pays à haut revenus

Clémentine Wallace
| 07.12.2015

Entre les pays d’Europe, d’Australie et de Nouvelle-Zélande, les prix des nouveaux anticancéreux varient de 28 % à 388 % par rapport au prix le plus bas constaté dans l'ensemble de ces états, selon une nouvelle étude publiée dans le « Lancet Oncology ».

Pour ces travaux, l’équipe du Dr Sabine Vogler, qui dirige le Centre collaborateur pour les prix des médicaments et les politiques de remboursement de l’Organisation Mondiale de la santé (OMS), a comparé les prix de vente officiels de 31 anticancéreux princeps dans 16 pays européens, en Australie et en Nouvelle-Zélande. Jusqu’à présent, aucune évaluation de la sorte n’avait été publiée sur un si grand nombre de pays à haut revenus.

D’après leurs résultats, la Grande-Bretagne, le Portugal et les pays méditerranéens – la Grèce, l’Espagne – paient le prix unitaire le moins élevé pour ces anticancéreux, alors que la Suède, la Suisse et l’Allemagne paient le prix fort.

UE : 51 milliards dépensés pour le cancer en 2009

Ces dernières années, les prix des anticancéreux sont montés en flèche – et ces médicaments pèsent de plus en plus lourd sur les systèmes de santé. Par exemple, dans l’Union européenne, les dépenses de santé pour la prise en charge du cancer atteignaient environs 51 milliards d’euros en 2009, les médicaments anticancéreux comptant pour un tiers de cette somme.

En Australie, les dépenses pour les anticancéreux sont passées de 65 millions de dollars australiens (43,7 millions d’euros) en 1999-2000, à 422 millions de dollars en 2011-2012 (283,9 millions d’euros).

Selon leurs résultats, en 2013, aucun des 31 médicaments n’était vendu à moins de 10 euros. Quatre médicaments avaient un prix unitaire moyen entre 250 et 500 euros, deux médicaments un prix unitaire moyen entre 500 et 1 000 euros, et 7 médicaments dépassaient largement les 1 000 euros. À titre d’exemple, le plérixafor, utilisé dans la transplantation de cellules souches hématopoïétiques chez les patients atteints de lymphome ou myélome multiple, coûte plus de 5 000 euros par injection.

Les plus grandes variations de prix entre pays ont été enregistrées pour la gemcitabine – un anticancéreux utilisé dans le traitement du cancer du pancréas, du sein, du poumon, et du cancer de l’ovaire. Il coûte 209 euros le flacon en Nouvelle-Zélande, contre 43 euros en Australie. En deuxième position, l’acide zolédronique, utilisé en prévention des complications osseuses dans le cancer avancé, qui coûte 330 euros en Nouvelle-Zélande, contre 128 euros en Grèce.

Des accords confidentiels favorisent certains pays

Les auteurs soulignent qu’ils n’ont cependant pas eu accès aux « véritables » montants déboursés par les différents pays pour ces médicaments. « Certains pays à haut revenu arrivent à négocier des prix plus bas avec les industriels, mais ces accords et les prix convenus restent confidentiels », note le Dr Vogler, faisant référence notamment à l’Australie, l’Italie, la Grande Bretagne et les Pays-Bas. « Si ces accords permettent aux patients de certains pays d’accéder aux nouveaux anticancéreux, d’autres pays, qui établissent leurs tarifs à partir des pratiques habituelles – par référencement externe, ou par comparaison internationale  risquent de se retrouver à payer des sommes excessives. Il faut donc davantage de transparence ».

Cette dernière conclut : « Nous espérons que nos résultats apporteront des preuves concrètes aux responsables politiques pour qu’ils fassent front à cette hausse des prix et qu’ils garantissent plus de transparence dans la tarification des anticancéreux, pour que tous les patients, quels que soient leurs pays de résidence, puissent avoir accès à ces nouveaux médicaments. »

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
dpc

Le DPC... de gré ou de force ! Après des pré-inscriptions massives par des robots, l'Agence riposte et rassure

De mémoire de syndicaliste, le Dr Bernard Ortolan, cadre de la CSMF et directeur scientifique d’Evolutis DPC, n’avait jamais vu cela. En quelques heures, samedi dernier, de nombreux confrères l’ont alerté de leur pré-inscription... 11

Une avancée pour préserver la fertilité des garçons prépubères traités par chimiothérapie

chimiotherapie

Comment préserver la fertilité des garçons prépubères avant chimio- et/ou radiothérapie ? Si la congélation de sperme peut être proposée... Commenter

Feu vert au « pharmacien prescripteur », les médecins sur les nerfs

mesnier pharmaciens

Le Dr Thomas Mesnier a donc persisté et signé ! Lors de l'examen de la loi de santé, l'Assemblée nationale a autorisé les pharmaciens à... 81

Les médecins franciliens se convertissent à la prise de rendez-vous en ligne mais se méfient de la concentration du secteur

rdv en ligne

Les plateformes de rendez-vous en ligne ont la cote chez les patients autant que chez les praticiens d'Ile-de-France. Près de deux tiers... 1

Vaccination obligatoire, quel bilan un an après ? Posez vos questions au Dr Daniel Lévy-Bruhl (Santé publique France)

Vaccination obligatoire, quel bilan un an après ? Posez vos questions au Dr Daniel Lévy-Bruhl (Santé publique France)-0

L’extension de l’obligation vaccinale (de 3 à 11 vaccins) est entrée en vigueur le 1er janvier 2018. Plus d’un an après, les premiers...

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter