Plus de 1 200 participants réunis à Dijon au congrès des généralistes enseignants !

Plus de 1 200 participants réunis à Dijon au congrès des généralistes enseignants !

Christophe Gattuso
| 26.11.2015

Maîtres de stage, professeurs titulaires et associés, maîtres de conférence, chefs de clinique, étudiants et internes... Plus de 1 200 participants sont attendus jeudi 26 et vendredi 27 novembre au parc des expositions de Dijon au 15e congrès du collège national des généralistes enseignants (CNGE).

Le futur DES de médecine générale, les publications internationales de la discipline, le recueil des données en soins primaires figurent parmi les principaux thèmes abordés lors de ce congrès.

Temps fort de la communauté généraliste enseignante, ce rendez-vous permet aux acteurs de la filière universitaire de médecine générale de plancher sur l’actualité scientifique, la pédagogie ou la recherche lors d’ateliers, sessions de communication et tables rondes.

Touraine annonce officiellement son plan anti-déserts

Lors de sa visite aux congressistes, la ministre de la Santé devait officiellement présenter le second volet de son pacte territoire santé visant à lutter contre la désertification médicale, déjà décortiqué lundi par « le Quotidien ».

Plusieurs mesures de ce plan (qui ne comporte que des dispositions incitatives) concernent directement les acteurs de ce congrès. Le ministère de la Santé souhaite par exemple généraliser le stage d’initiation à la médecine générale à tous les étudiants pendant leur 2e cycle d’ici à 2017. Il promet de doubler le nombre de généralistes chefs de clinique (de 80 à 160), et s’engage à labelliser au moins une maison de santé ou un centre de santé universitaire dans chaque département d’ici 2017.

Une filière en sous-effectif chronique

Marisol Touraine dévoilera également à cette occasion les grandes lignes d’un nouveau portail (interactif) d’information et d’accompagnement d’aide à l’installation des jeunes médecins.

Absente remarquée du dernier congrès de la médecine générale en mars dernier, au plus fort de la contestation de son projet de loi de santé, Marisol Touraine était très attendue des enseignants de la spécialité.

Dans un état des lieux récent, le CNGE et le SNEMG (syndicat) déplorent une nouvelle fois le sous-effectif chronique de leur filière universitaire. La médecine générale ne dispose que de 147 enseignants équivalents temps plein (dont 34 professeurs des universités et 13 maîtres de conférences titulaires), soit un enseignant temps plein pour 97 internes ! « Un ratio très éloigné des standards habituels », clament le CNGE et le SNEMG.

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 2 Commentaires
 
jean-jacques l Médecin ou Interne 26.11.2015 à 20h30

« "enseignants de la spécialité" : si la médecine générale devient une spécialité, il faudra que les postulants au titre de professeur soient soumis au mêmes règles que les postulants au titres de pro Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Dans la Manche, un maire fait face au désarroi des habitants privés de généralistes

manche

« Nous sommes dans une situation plus que tendue ». Jean-Pierre Lhonneur, maire de Carentan-les-Marais (Manche) depuis 2008, est quelque peu... 9

Poses de prothèses en chirurgie ambulatoire : l'AP-HP marque des points

hanche prothese

L'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) annonce la réalisation de deux poses de prothèse (totale de hanche et unicompartimentale... 7

Éléments en faveur d'une maladie de Lyme chronique, d'après des travaux chez le singe

lyme

Alors qu'en France un protocole de diagnostic et de soins est en cours de rédaction à la Haute Autorité de santé (HAS), les controverses... 2

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter