Réseaux de soins dentaires : Malakoff Médéric passe à l’offensive

Réseaux de soins dentaires : Malakoff Médéric passe à l’offensive

19.11.2015

Comment réduire le renoncement aux soins dentaires ? La question était au cœur de la 7e matinée thématique du collège des économistes de la santé (CES), ce jeudi, à Paris. De fait, 18 % des patients déclarent renoncer aux soins dentaires pour des raisons financières (revenus insuffisants, couverture complémentaire inadaptée). Et le reste à charge se situe à hauteur de 25 % du coût des soins dentaires facturés.

Pour Gérard Morel, vice-président de la Confédération nationale des syndicats dentaires (CNSD), le secteur est pénalisé par l’absence d’accord avec les financeurs (surtout les complémentaires santé) en matière de remboursement des soins dentaires (prothèses, implants).

Vers le 0 % reste à charge

Réduire au maximum voire supprimer le reste à charge et réguler les prix : c’est précisément l’objectif affiché par les promoteurs de réseaux édifiés par les complémentaires santé.

Malakoff Médéric vient ainsi de lancer un réseau de soins dentaires, actif depuis le 10 novembre, a annoncé ce jeudi son directeur santé Laurent Borella. Accessible aux adhérents de Malakoff Médéric mais aussi d’Harmonie Mutuelle (soit 6 millions de personnes), ce réseau baptisé Kalivia existe déjà depuis plusieurs années pour l’optique et l’audioprothèse.

Fort de 2 000 chirurgiens-dentistes répartis sur tout le territoire, le réseau Kalivia prend en compte quatre spécialités : la prothétique, l’implantologie, l’orthodontie et la parodontie. Objectif : améliorer et solvabiliser la prise en charge, apporter des garanties sur les prothèses, mais aussi assurer en temps réel des devis et factures électroniques. Laurent Borella (Malakoff Médéric) se donne l’objectif de « 0% de reste à charge sur une grande partie du réseau ».

« Il y a un désengagement de la Sécu sur les soins dentaires qui conduit à un véritable "marché" des complémentaires, regrette ce chirurgien-dentiste du Val-de-Marne. Que va devenir la liberté d’exercice du praticien dans un tel réseau de santé ? Voilà le vrai problème désormais ! »

Rappelons que la loi Le Roux ne permet pas aux réseaux d’entreprendre un conventionnement incluant des clauses tarifaires avec les médecins. Ces accords de modération tarifaire sont limités aux secteurs non couverts majoritairement par l’assurance-maladie obligatoire - optique, audioprothèse et dentaire.

Marie Foult
Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add

Fin de l'exercice isolé, travailler... jusqu’à 22 heures : ce que Macron attend des médecins

best of Macron

Une réforme aussi attendue valait bien un discours fleuve. Pendant plus d'une heure, Emmanuel Macron a dévoilé ce matin devant le gratin... 11

Plan santé : « C'est la bonne réforme, je n'ai pas d'inquiétude », affirme Agnès Buzyn

Agnès Buzyn ministre santé

Emmanuel Macron a dévoilé ce mardi matin le plan de transformation du système de santé, à la ville comme à l’hôpital. Pour « le Quotidien... 35

Obésité : les thérapies comportementales doublent les chances de perdre du poids

obesite

« Offer or refer », proposer ou référer, le message est clair pour les médecins américains : pas d'impasse sur les thérapies comportementale... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter