Antibiorésistance : 75 % de la population mondiale pense que ce sont les individus qui sont résistants (enquête OMS)

Antibiorésistance : 75 % de la population mondiale pense que ce sont les individus qui sont résistants (enquête OMS)

16.11.2015
  • Antibiorésistance : 75 % de la population mondiale pense que ce sont les individus qui sont résistants (enquête OMS) - 1

    Antibiorésistance : 75 % de la population mondiale pense que ce sont les individus qui sont résistants (enq...

Alors que débute aujourd’hui la Semaine mondiale pour le bon usage des antibiotiques, lancée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), sa directrice, le Dr Margaret Chan, a présenté ce matin les résultats de la première enquête menée par son organisation sur ce thème. Il en ressort une proportion élevée de fausses croyances concernant l’antibiorésistance dans la population générale. L’enquête, basée sur un questionnaire de 14 questions, a porté sur 10 000 personnes dans 12 pays (Barbades, Chine, Égypte, Inde, Indonésie, Mexique, Nigeria, Fédération de Russie, Serbie, Afrique du Sud, Soudan, Vietnam).

67 % pensent que les antibiotiques traitent les rhumes

À l’occasion d’une conférence de presse, le Dr Chan a rappelé l’ampleur de l’enjeu que représente l’antibiorésistance. Pour le Dr Fukuda, représentant du directeur général pour la résistance aux antimicrobiens, s’il est rassurant de voir qu’un pourcentage élevé (66 %) de personnes se disent informées du problème, la fréquence des mauvaises conceptions concernant les antibiotiques reste préoccupante, et constitue l’un des fers de lance de la campagne lancée aujourd’hui.

L’étude montre en effet que 76 % des gens interrogés pensent que ce sont les individus qui deviennent résistants aux antibiotiques, alors qu’il s’agit bien du développement de mécanismes de résistance par les bactéries envers les molécules antibiotiques. 67 % des sondés pensent que les antibiotiques sont indiqués dans le traitement des rhumes, et 33 % pensent qu’il est possible d’arrêter son antibiotique lorsqu’on se sent mieux, sans respecter la date préconisée par la prescription. Enfin, 57 % d’entre eux pensent qu’ils ne peuvent pas agir à leur propre niveau pour faire évoluer le problème.

« Un changement de comportement de la part des individus comme des sociétés »

Sur ce dernier point, les Dr Chan et Fukuda ont insisté sur le rôle primordial que pouvait jouer chacun à l’échelle individuelle : les médecins, via le respect des règles de prescriptions ou l’éducation des patients, et ces derniers en respectant les règles de prescription et en ne pratiquant pas l’automédication.

Pour l’organisation, les gouvernements et leurs services publics ont également un rôle à jouer par l’élaboration de programmes éducatifs, ou le soutien à la recherche. Les groupes pharmaceutiques sont, eux, incités à ne pas négliger la recherche pour cette classe pharmaceutique, peu attractive car considérée comme « peu rentable », du fait de leur faible coût.

Le Dr Fukuda rappelle que même des actions simples ont des impacts avérés sur la consommation d’antibiotique. Il cite les exemples du Danemark ou des Pays-Bas, qui ont réussi à faire diminuer drastiquement les taux de bactéries résistantes par la mise en place de mesures strictes en termes de prescription et de prévention.

Il a enfin insisté sur la nécessité de mise en commun des politiques de santé et de la recherche au niveau international, en particulier avec les pays les plus touchés par l’émergence de l’antibiorésistance.

Pour diminuer le taux de bactéries multirésistantes, le chemin sera long, mais constitue la seule alternative pour enrayer un problème sanitaire qui, pour l’OMS, pourrait avoir de lourdes conséquences à court terme.

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
evenement
Focus

Des blouses blanches entre doléances et revendications

Ils sont plus de 200 praticiens à avoir alimenté la consultation lancée fin janvier par « Le Quotidien ». Il ressort de celle-ci un profond sentiment d’inquiétude et souvent une incompréhension face aux réformes de ces dernières années. Avec une ligne de force : la profession veut avoir davantage voix au chapitre. Et les médecins sont prêts à prendre l’initiative. La preuve ? Ils font des... 1

Le nombre de cas de rougeole a bondi de 50 % en 2018, selon l'OMS

rougeole

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) alerte sur un bond d'environ 50 % des cas signalés de rougeole en 2018 par rapport à 2017. À la... 8

Dépistage organisé du cancer du sein : de bonnes performances malgré une légère baisse de la participation

depistage cancer sein

Malgré un taux de participation en légère baisse, les indicateurs de performance du dépistage organisé du cancer du sein « attestent de la... 6

Téléconsultation : des syndicats et l'Ordre s'inquiètent de « dérives commerciales »

teleconsult

Cinq mois jour pour jour après la généralisation de la téléconsultation, MG France s'alarme ce vendredi de « dérives commerciales » non... 5

48 heures par semaine maximum ? 50 % des internes de médecine générale dépassent le temps de travail réglementaire

internes

Surcharge de travail, pression des médecins seniors : un interne en médecine générale sur deux (en première, deuxième ou troisième année),... 14

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter