Couverture vaccinale insuffisante - Grippe : restaurer la confiance

Couverture vaccinale insuffisanteGrippe : restaurer la confiance

02.11.2015
La saison 2014-2015, particulièrement sévère chez les personnes de 65 ans et plus, avec un excès d’hospitalisations et de décès, ne doit pas faire remettre en question les bénéfices de la vaccination antigrippale, surtout chez les sujets à risque.
Un objectif : restaurer la confiance des patients et continuer à recommander la vaccination à tous ceux qui doivent en bénéficier. État des lieux.
  • image

    Grippe : restaurer la confiance

À partir de 65 ans, le risque d’hospitalisation lié à la grippe est multiplié par trois.
Durant l’épidémie de grippe de l’hiver dernier (1) :
– 2,9 millions de consultations pour syndrome grippal ;
– excès de 18 300 décès toutes causes confondues, dont 90 % ont concerné des patients de 65 ans et plus ;
– 74 % des cas graves admis en réanimation avaient des maladies chroniques et 69 % n’étaient pas vaccinés.

Comme toute vaccination contre des maladies contagieuses, la stratégie vaccinale antigrippale dépend aussi de la couverture vaccinale. Or, en France, celle-ci est en baisse depuis plusieurs années chez les sujets de 65 ans et plus, avec 53 % de cette population non vaccinée. Elle est également insuffisante chez les soignants puisqu’elle est d’environ 55 % chez les médecins et de 24,4 % chez le personnel infirmier [données recueillies avant la campagne vaccinale de 2009-2010 contre la grippe pandémique A (H1N1)]. Cette couverture vaccinale est donc largement en deçà de l’objectif national et européen d’au moins 75 % (1, 2).
Ce « désamour » pour la vaccination contre la grippe s’expliquerait notamment par la campagne de vaccination de 2009 lors de la pandémie H1N1, par un doute sur l’efficacité du vaccin et par l’idée selon laquelle la grippe est une maladie bénigne.

 Les raisons de vacciner les populations à risque

La grippe est une infection respiratoire qui guérit le plus souvent spontanément. Mais elle peut entraîner des complications graves, voire mortelles, en particulier chez les sujets vulnérables, tels que les personnes de 65 ans et plus et/ou atteintes de maladie chronique, notamment asthme et BPCO, les femmes enceintes…

L’efficacité du vaccin, variable selon les virus grippaux circulants, l’âge – l’immunosénescence entraîne une moindre efficacité – et selon les souches, est estimée entre 30 et 70 %. Mais, même lorsque son efficacité est modérée, le vaccin reste le moyen le plus efficace pour se protéger. Il réduit le risque de décès de 35 % en moyenne chez les sujets de 65 ans et plus et diminue également le risque de transmission à un proche. Les vaccins antigrippaux trivalents sont peu réactogènes, en dehors de réactions locales, légères et transitoires (chez 10 à 40 % des sujets vaccinés) et d’effets indésirables bénins à type de fièvre, malaise, douleurs articulaires ou musculaires et céphalées, observés chez 5 à 10 % des sujets vaccinés (3).

Ces données documentées devraient contribuer à restaurer la confiance des populations vulnérables dans le vaccin contre la grippe : la vaccination représente en effet un moyen simple de se protéger et de protéger les autres, avec un rapport bénéfice/risque largement en sa faveur.

Dr Catherine Bouix


(1)  InVS. Bulletin épidémiologique grippe. 22 mai 2015.
(2)  Nicand E. La campagne 2015-2016 de vaccination contre la grippe saisonnière approche : les données françaises comparées à celles des États-Unis. 24 septembre 2015. www.mesvaccins.net
(3)  ansm.sante.fr


Dr Catherine Bouix
 
Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add

L'heure du coucher, un marqueur de bonne santé cardiovasculaire

coucher

Le travail à des horaires atypiques, travail de nuit ou travail posté, est associé à des risques avérés pour la santé, notamment... Commenter

Violences obstétricales : les recos de l'Académie face aux « pratiques humainement défaillantes »

violence obstetricale

Améliorer la formation des soignants quant à l'autonomie des femmes enceintes ou optimiser la prise en charge de la douleur en obstétrique…... 1

Des cellules souches osseuses découvertes chez l'homme

Os obtenu à partir de cellules souches osseuses

Ils les avaient dénichées chez le rongeur en 2015. Michael Longaker et son équipe de l’université Stanford viennent de découvrir, chez... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter